Dans le dico de la Génération Z # 4 : FOBO, travel shaming, plantfluenceur

Dans le dico de la Génération Z # 4 : FOBO, travel shaming, plantfluenceurPublié le : 06-05-2021

#parentsconnectés

Ils ont moins de 25 ans et n'ont pas connu le monde sans numérique. La Génération Z s'arme d'un vocabulaire nouveau à la croisée des réseaux sociaux, du jeu vidéo et de l'actualité. Libérés du carcan des dictionnaires, focus sur ces néologismes d'un jour ou de toujours.
Sincerely Media by Unsplash

Travel shaming : cachez-moi ces valises que je ne saurais voir

Nom masculin 

Apparition du néologisme : 2021

Potentiel de pérennité : faible 

Voyage, voyage plus loin que la nuit et le jour. Des étendues de sable immaculé, des montagnes enneigées ou des tropiques lointains, Instagram fait souvent office d'album de vacances qui a de quoi susciter quelques jalousies. Un désir d'évasion d'autant plus grand avec la crise sanitaire où voyage rime désormais avec mirage. Alors quand une personne pratiquant le Doomscrolling (voir notre dico #1) tombe nez à nez avec un cliché pris à l'autre bout du monde par son voisin, il est possible qu'il réagisse mal en laissant un commentaire amer face à cette escapade. Un phénomène détecté encore une fois en premier au pays de l'oncle Sam nommé le « travel shaming » contraction de   « voyage » et de « honte ».

Vous n'avez pas honte de vous la couler douce ? Voici une phrase pouvant résumer la pratique du travel shaming. Les baroudeurs seraient boudés à l'heure du confinement ? Le blogueur et podcasteur Matt Long affirme en tout cas au Washington Post avoir diminué de façon drastique le nombre de ses posts sur Instagram. Certaines personnes bloquent désormais même leurs collègues de bureau sur les réseaux sociaux afin d'éviter les mauvaises langues quand le télétravail ne sera plus de rigueur. Une forme d'auto-censure qui ancre une nouvelle fois ces usages malsains que font certaines personnes des réseaux sociaux en comparant leur vie ou leur physique à ces images lissées. Heureusement que le travel shaming risque fortement de devenir un néologisme en voie d'extinction quand le monde reprendra son rythme de croisière !

FOBO : la crème de la crème du Net

Nom féminin 

Apparition du néologisme : 2000

Potentiel de pérennité : élevé 

Avant, on se contentait de peu mais l'ère du numérique a élargi l'horizon des possibilités et le surplus d'Internet nous donne l'embarras du choix. Quelle série choisir sur Netflix pour être sûr de ne pas bayer aux corneilles ? Dans quel restaurant en ligne va-t-on commander son dîner, parmi les milles et unes bonnes adresses proposées sur Deliveroo ? Les choix cornéliens offerts par Internet sont devenus la hantise des grands indécis si bien qu'un comportement nouveau a émergé : la « FOBO ». Derrière cet acronyme se cache le terme anglais « fear of better option », c'est-à-dire « la peur d'une meilleure option ». La toile serait-elle devenue l'objet de torture des éternels insatisfaits ?

Le problème de la FOBO prend certainement ses racines dans un phénomène de partage d'avis beaucoup plus grand. Une étoile pour les hôtels sur Tripadvisors ou une note sur 10 pour les créations du grand écran sur SensCritique, le surplus d'informations a donné naissance à un certain élitisme de nos actions effectuées derrière les écrans. En science comportementale, la FOBO porte d'ailleurs un nom : la maximisation. Comme indiqué par une étude de chercheurs américains, les Maximisers, personnes pratiquant la maximisation, ne seraient pas plus heureux en ayant choisi la « meilleure option » : « les Maximimisers sont plus à même d'éprouver des regrets et des émotions négatives à cause de la comparaison avec les choix qu'ils n'ont pas sélectionnés ». Alors on oublie la doctrine du « toujours plus » au risque de développer une FODA ( « Fear of doing Anything »), la peur de faire quoi que ce soit, et on ne se prend plus la tête pour nos prochains choix sur le Net. Un esprit aventureux pourrait bien vous faire tomber sur des trésors insoupçonnés...

Découvrez aussi comment on appelle ces jeunes qui chinent les pépites du Web

Plantfluenceur : la vie en vert

Nom masculin 

Apparition du néologisme : 2018

Potentiel de pérennité : moyen 

Ils ont la main verte et le clic facile, les « plantfluenceurs » vont donner un bon coup de verdure à votre feed Instagram. Contraction de « plante » et « d'influenceur », ces gourous de camélias et autres fleurs ont la cote sur les réseaux sociaux. Exit le maquillage, la cuisine ou encore le jeu vidéo, de plus en plus de personnes suivent désormais le filon vert de ces jungles 2.0 comme le révélait déjà en 2018 le New York Times.

Les plantfluenceurs poussent à une vitesse fulgurante sur les réseaux sociaux. Un fait décuplé avec l'arrivée de la crise sanitaire et de ses enchaînements de confinements qui ont donné envie à de nombreux internautes de prendre une bouffée d'air frais par écrans interposés. Des comptes Instagram comme House Of plants ou encore Urban Jungle Blog atteignent le million d'abonnés. Simple besoin d'admirer ces vidéos et clichés verdoyants ou réelle envie de mettre un peu de vert dans son quotidien ? En tout cas, de nombreuses personnes ont décidé de mettre le pied à l'étrier à travers des vidéos de jardinages reprenant le b.a.-ba du domaine: « Sur YouTube, le nombre moyen de vues quotidiennes des vidéos consacrées à la thématique 'jardinage' a augmenté de 140 % depuis le 15 mars 2020', indique France 3 Région.  Un nouveau hobby également applaudi par le corps scientifique qui souligne que murmurer à l'oreille des plantes aurait des effets positifs sur notre moral.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.