Antidiscriminations.fr : un nouveau pas vers l’égalité

Antidiscriminations.fr : un nouveau pas vers l'égalitéPublié le : 23-02-2021

#signalementsnumériques

Âge, handicap, origine, orientation sexuelle... L'hexagone n'a pas encore totalement crevé l'abcès de la discrimination. Pour faire sonner juste le fameux "liberté, égalité, fraternité", le gouvernement lance sa nouvelle plateforme. Écoute et soutien juridique, on vous explique.
DEEPOL by Plainpicture

« Les discriminations ignorent les frontières géographiques, culturelles ou sociales. Elles se manifestent dans tous les interstices de notre société; de manière insidieuse ou visible. Dans l'emploi, dans l'accès au logement, dans l'accès au financement bancaire, à l'école ou dans l'engagement syndical, elles interviennent en raison du handicap, de l'origine, du sexe, de l'orientation sexuelle, de l'identité de genre ou encore des croyances », les mots d'Elisabeth Moreno (ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances) font guise de préambule au top départ de la nouvelle plateforme de lutte contre les discriminations du gouvernement : antidiscriminations.fr. 

Un nouveau site de signalement dont le président de la République avait déterminé les contours en décembre dernier et qui prend aujourd'hui vie sous forme d'un site Internet et d'un numéro de téléphone. Un duo qui se démarque notamment par son aspect juridique poussé.

Des défenseur des droits pour reprendre vos droits 

Signaler toutes formes de discrimination en ligne était d'ores et déjà possible grâce à l'intermédiaire de plateformes comme Pharos. Contrairement à ce monument de la chasse aux mauvais comportements sur le Web, antiscrimations.fr n'a pas derrière ses manettes des services de police, mais des défenseurs des droits. Un véritable plus pour apporter des solutions concrètes aux personnes subissant n'importe quelle forme de discrimination. 

« Des juristes du Défenseur des droits, spécialement formés à la discrimination, pourront les écouter, répondre à leurs questions, et leur présenter les démarches possibles en fonction de leur situation. Si la situation relève d'un de ses champs de compétence, le Défenseur des droits pourra intervenir selon ses modes d'action habituels pour rétablir la personne dans ses droits. Si la situation n'est pas du ressort de l'institution, nous orienterons directement la personne vers les interlocuteurs institutionnels ou associatifs compétents », explique Claire Hédon, défenseur des droits.

Comment fonctionne la plateforme ?

Pour s'assurer de tenir compte de toutes les personnes en situation de discrimination, la plateforme propose de nombreux points d'ancrage pour trouver de l'aide : 

– Le 39 28, un numéro de téléphone disponible du lundi au vendredi de 9h à 18h (prix d'un appel local)

– Un tchat en direct disponible sur le site de la plateforme

– Un accès spécialement conçu pour les personnes sourdes malentendantes  accessible sous différentes formes de communication : langue des Signes Française (LSF), Transcription en Temps Réel de la Parole (TTRP) ou Langue française Parlée Complétée (LPC). A l'image du standard téléphonique, qui sera disponible pour les personnes en situation de handicap du lundi au vendredi de 9h à 18h

Par l'intermédiaire des défenseurs des droits, une discrimination pourrait ainsi être traitée de manière adaptée en faisant du cas par cas au travers des différentes fonctionnalités de la plateforme :

– Une équipe de juristes dédiée et des écoutants spécialistes en droit de la non-discrimination, en capacité d'écouter et d'accompagner de façon instantanée 

– Un référencement des associations de lutte contre les discriminations partenaires du Défenseur des droits sur tout le territoire

– Une expertise juridique et des pouvoirs d'enquête important du Défenseur des droits (testings, auditions, etc.) pour un traitement efficace des situations complexes

– L'appui du réseau territorial du Défenseur des droits

– Un référencement des plateformes du ministère de l'Intérieur (Plateforme nationale d'aide aux victimes, Pharos)

– Un centre de ressources juridiques prochainement en ligne

Et toi Orange, tu fais quoi ? 

Dans un rapport,  antidiscriminations.fr dénombre pas moins de 23 formes de discriminations fréquemment répertoriées. Une liste non exhaustive qui donne néanmoins un regard sur l'ampleur de la situation. Grossesse, état de santé, caractéristiques génétiques, identité de genre, opinions politiques, apparence physique, patronyme... Les prétextes à la discrimination qui ressortent parmi cette énumération sont l'origine ethnique, avec 24,5 % des réclamations aux défenseurs des droits, suivi de près par le handicap, avec 22,7 % puis le sexe (y compris la situation de famille et la grossesse), avec 12,7 %. 

Pour contrer ces statistiques donnant froid dans le dos, Orange s'est engagé depuis des années dans une grande marche numérique pour l'inclusion. Exemple fort de cette lutte, les engagements pris par l'entreprise en matière d'insertion professionnelle des personnes présentant un handicap. Et face à l'avancée des mesures restrictives durant la crise sanitaire, la prise en compte des besoins individuels des salariés en situation de handicap pour la mise en place du télétravail a été majeure au sein du groupe. La  Mission Insertion Handicap a donc élaboré plusieurs actions de soutien : soutien psychologique, hotline, aménagement des postes de travail, fourniture de matériel et prévention. Un renfort apporté également par la mobilisation des correspondants handicap du groupe à cette situation de crise, pour la poursuite de l'activité de ces employés, même à distance.

Féminisation des métiers techniques, formations au numérique et ses métiers d'avenir dans de nombreuses régions... Orange veut aller toujours plus loin dans l'inclusion. Pour découvrir les offres d'emplois du groupe, c'est par ici : https://orange.jobs/site/fr-home/.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.