Thaïlande: La police locale annonce que deux premiers enfants viennent d'être sortis vivants de la grotte

par morandini

14h01: La police annonce que deux premiers enfants viennent d'être sortis vivants de la grotte

13h22: «C'est aujourd'hui le jour J», a déclaré dimanche matin Narongsak Ossothanakorn, gouverneur de la province et coordinateur de l'opération, après avoir ordonné aux journalistes de quitter le camp de commandement, un vaste espace boueux à l'entrée de la grotte de Tham Luang planté d'auvents et où étaient postées les centaines de journalistes et de secouristes volontaires. «Le niveau d'eau a baissé de 30% dans la grotte, mais les pluies ont repris. C'est le moment propice pour lancer l'opération d'évacuation», a-t-il précisé. Les journalistes sont désormais confinés à un bâtiment administratif situé à environ un kilomètre de la grotte et ne peuvent plus voir directement le déroulement des opérations.

11h53: Interrogé par BFMTV, un spéléologue explique que "c'est une course contre la montre avec les pluies et pour former ces jeunes à sortir"

11h22: Le premier enfant devrait sortir vers 16h, aujourd'hui

10h20: Ce que l'on sait ce matin

La difficile opération d'évacuation des douze enfants et de leur entraîneur de football coincés dans une grotte en Thaïlande depuis 15 jours a débuté dimanche, et devrait durer deux à trois jours, sous la menace de nouvelles pluies faisant monter l'eau.
"Aujourd'hui est le grand jour", a déclaré Narongsak Osottanakorn, le chef de la cellule de crise, lors d'une conférence de presse organisée à distance du site de la grotte, d'où ont été expulsés les centaines de journalistes du monde entier mobilisés depuis des jours.
"Ils sortiront un par un, cela prendra deux à trois jours", a précisé le général Chalongchai Chaiyakorn.
Le premier devrait sortir vers 21 heures (14H00 GMT) dimanche. Chacun d'eux sera escorté par deux plongeurs, un étranger et un thaïlandais. "Ensemble, équipes thaïlandaises et étrangères, nous allons ramener à la maison les sangliers sauvages", écrivent dimanche les commandos de marine thaïlandais sur leur page Facebook. Les "sangliers sauvages" est le nom de l'équipe de football des enfants, partis explorer la grotte le 23 juin après leur entraînement pour une raison encore inconnue. Ils s'étaient retrouvés piégés par la montée des eaux dans cette grotte au fin fond du nord de la Thaïlande, à la frontière avec la Birmanie et le Laos.

Dimanche, nombre de médias se sont précipités devant l'hôpital de Chaing Rai, à une heure de route du site, où les victimes doivent être évacuées. Mais là aussi les autorités ont interdit l'abord immédiat de l'hôpital.
Les secours s'interrogeaient depuis des jours sur l'opportunité de déclencher une évacuation périlleuse, des pluies de mousson attendues prochainement risquant de ruiner les efforts continus depuis plusieurs jours pour drainer l'eau de la grotte. Les secours avaient réussi à insérer un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l'oxygène dans la poche où le groupe s'est réfugié et le niveau d'oxygène s'est stabilisé dans la grotte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.