Savoie : Que sait-on de l'accident, cette nuit, d'un hélicoptère de secours en montagne à 1.800 mètres d'altitude qui a fait 5 morts et un blessé grave ?

par Jeanmarcmorandini.com

Un hélicoptère de secours en montagne s'est écrasé pour des raisons encore inconnues mardi soir à 1.800 mètres d'altitude en Savoie, faisant cinq morts et un seul survivant, le pilote, grièvement blessé et en état d'urgence absolue. L'hélicoptère, un Airbus EC135 de la compagnie privée Service aérien français (SAF), s'est écrasé vers 19H00 avec à son bord quatre de ses employés et deux secouristes de la CRS Alpes sur la commune de Bonvillard, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest d'Albertville, a indiqué la préfecture.

"Le bilan est lourd", a annoncé devant la presse à Albertville le préfet de Savoie Pascal Bolot, déplorant un "accident dramatique" dans lequel seul le pilote avait survécu mais était grièvement touché. Mardi soir avant minuit, ce dernier se trouvait en état d'urgence absolue, porté par des militaires en montagne "dans des conditions particulièrement difficiles" pour être acheminé vers un hôpital, a-t-il ajouté.

"Dès que l’alerte a été donnée aux alentours de 19H00, l’ensemble de la chaîne de secours s’est mise en branle. A la fois des moyens héliportés de notre département et des départements voisins avec trois hélicoptères au total", a déclaré M. Bolot. "Compte tenu du brouillard, une intervention terrestre a été diligentée dans les mêmes délais, de façon à pouvoir retrouver le plus rapidement possible des rescapés", a-t-il ajouté. Le préfet, qui n'a pas avancé d'hypothèse sur les raisons de l'accident, a indiqué qu'une enquête avait immédiatement été ouverte par la procureure d'Albertville Anne Gaches.

Dans un tweet rendant hommage aux membres de la CRS Alpes décédés - un capitaine de 45 ans et un brigadier de 39 ans - la police nationale a précisé qu'ils avaient péri lors d'une mission d'entraînement de secours en montagne

. La gendarmerie a rapporté de son côté que l’accident était survenu sur une façade boisée du massif du Grand Arc à un moment où les conditions météorologiques étaient difficiles. La zone de l’accident est enneigée avec en ce moment plus de 40 centimètres sur place.

Une quinzaine de personnes étaient encore engagées sur le terrain dans une caravane terrestre pour évacuer le pilote tard mardi soir.

"On a environ 700 mètres de dénivelés à franchir entre sentiers, bois et neiges. Et ce qui est compliqué c’est le facteur temps. Il ne faut pas perdre de temps pour acheminer au plus vite le pilote vers un centre hospitalier", a indiqué à la presse le commandant du peloton de gendarmerie de Savoie Guillaume Chantereau.

Vingt-cinq membres des secours en montagne et 15 sapeurs-pompiers étaient aussi présents en renfort. C'est ce même pilote qui a pu donner l'alerte en communiquant avec sa société. "A partir de ce moment là, nous avons eu la certitude du crash et qu’il y avait au moins un survivant", a indiqué M. Bolot.

"Le contact a été maintenu à plusieurs reprises avec le pilote. Les militaires du PGHM qui se sont rapprochés grâce à un héliportage et à un hélitreuillage ont terminé leur mission à pied, o

Vos réactions doivent respecter nos CGU.