Qui est Michael Harpon, l'auteur de l'attaque au couteau à la préfecture de police ?

par morandini

Michael Harpon, travaillait au service informatique de la DRPP depuis 2003. Il "n'avait jamais présenté de difficultés comportementales", a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, ce que confirment plusieurs syndicats de police. Selon les informations recueillies par franceinfo, l'homme s'était converti à l'islam en 2017. Aucun lien n'est établi entre sa conversion et son acte, précisent les sources. Interrogée par franceinfo, une ex-collègue de l'homme qui a travaillé avec lui le présente comme "introverti", "gentil" et qui parfois "n'était pas pris au sérieux".

De son côté, Valeurs Actuelles écrit que 'individu était un «agent administratif» officiant au «service informatique de la Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris et souffrait d'un handicap» et doté d'un léger handicap de surdité. (DRPP). Un fonctionnaire qui n'était « pas connu pour un quelconque signalement, il était à priori un collègue modèle », précise Loïc Travers, secrétaire Île-de-France du syndicat Alliance Police National.

Selon BFM TV, il était déjà monté en grade puisqu'il avait été affecté en 2003 au service très sensible du renseignement de la préfecture de police de Paris. "Son travail consistait à travailler sur les systèmes d'information, il y avait donc là une habilitation 'secret défense', la plus haute au sein de la police", explique Driss Aït Youssef, président de l'institut Léonard de Vinci, spécialiste des questions de sécurité. Cette habilitation, selon lui, devait "théoriquement montrer que cet individu ne présentait pas de problèmes de moralité incompatibles avec des fonctions de traitement d'informations sensibles".

Lors d'une conférence de presse ce jeudi après-midi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a d'ailleurs précisé que l'homme "était connu dans le service", et qu'il "n'avait jamais présenté de difficultés comportementales" ni "le moindre signe d'alerte".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.