Que sait-on ce matin du double meurtre d'hier à Valence ? Y-a-t-il un lien avec d'autres meurtres qui se sont produits le 26 janvier à Wolfgantzen et à Wattwiller (Haut-Rhin) ?

par morandini

Hier matin, un homme a tué par balles une conseillère Pôle Emploi à Valence, puis une salariée d'une entreprise ardéchoise où il avait travaillé, avant d'être interpellé et placé en garde à vue. Vers 8H30, cet ingénieur sans emploi de 45 ans, inconnu des services de police, est entré dans une agence de Pôle Emploi de la préfecture de la Drôme et a mortellement touché une employée de 53 ans. Il "s'est adressé à une employée, sans qu'on sache s'il la connaissait et, très vite, il a fait feu à une reprise avec une arme, la blessant mortellement au thorax", a détaillé à l'AFP le procureur de la République à Valence, Alex Perrin. "A priori il n'avait pas un comportement agressif, jusqu'au moment où il fait feu avec une détermination réelle pour tuer", a ajouté plus tard M. Perrin devant la presse.

L'homme a ensuite parcouru 10 km en voiture pour gagner les locaux d'une entreprise spécialisée dans la fabrication de véhicules de collecte de déchets à Guilherand-Granges (Ardèche), sur l'autre rive du Rhône. Sur place, "il a demandé à avoir un contact avec un cadre et a rapidement fait feu sur une employée de 51 ans, atteinte à deux reprises mortellement" à l'abdomen et au visage, a précisé M. Perrin. Selon lui, l'homme aurait été employé dans cette société entre 2008 et 2010, mais résiderait désormais dans la région de Nancy.

L'homme a ensuite pris la fuite, empruntant un pont à contre-sens en direction de Valence, mais son véhicule a percuté une voiture de police qui tentait de l'intercepter. Sa voiture avait pu être identifiée grâce à un agent de Pôle Emploi ayant relevé sa plaque d'immatriculation.

Le suspect a pu être interpellé et placé en garde à vue pour 48 heures à partir de 9H15, a indiqué M. Perrin. Le mobile de cet acte aux airs d'expédition désespérée demeure inconnu pour l'heure. "À ce stade, on ne sait rien de ses motivations" mais "on pense vraiment qu'il y avait une préméditation", a dit en fin d'après-midi le procureur, qui a ouvert une enquête pour "assassinats", confiée à l'antenne de Valence de la police judiciaire de Lyon.

M. Perrin, qui n'a pas relevé de "logique particulière" dans ce geste a par ailleurs indiqué être informé du lien suggéré par certains médias entre cette affaire et la découverte, mardi, du corps d'une femme tuée par arme à feu à Wolfgantzen (Haut-Rhin), mais ce lien est pour lui "prématuré".

"Rien n'est pour l'instant avéré", a-t-il insisté. "Ma conjointe, qui était chez nous, a entendu un bruit de pétard soudain. Après pompiers, police… On ne pense pas à ce genre de situation, là, à Pôle emploi, dans une rue assez calme", a réagi auprès de l'AFP Aurélien Bourgin, 23 ans, qui réside en face de l'agence.

Le double meurtre de Valence (Drôme) et Guilherand-Granges (Ardèche) aurait-il un lien avec d'autres meurtres ? Selon les premiers éléments de France 3, des "similitudes troublantes" existeraient avec au moins deux affaires récentes. Un homicide a d'abord eu lieu à Wolfgantzen (Haut-Rhin). Une femme a été ab

Vos réactions doivent respecter nos CGU.