Manger cru, une nouvelle tendance qui se développe en France

par morandini

"Ce n'est pas une mode, c'est plus quelque chose qui est enfin en train d'arriver en France", estime Camila Prioli dans les pages du Parisien, créatrice d'une marque de produits crus, Happy crulture, découverte au "Salon des allergies alimentaires et des produits sans." Thierry Casanavos a une chaine sur Youtube. Il explique dans une entretien accordé au site francecrue.fr comment il est devenu comme Gwyneth Paltrow ou Demi Moore, crudivore. "Pour simplifier les choses, le corps a deux besoins : recevoir une alimentation appropriée, et avoir l'énergie nerveuse pour pouvoir l'utiliser. Je parle d'alimentation à tous les niveaux : nutrition, relations, environnement... Le système glandulaire est ce qui permet au système nerveux de faire fonctionner les organes. Une fois qu'un individu a suffisamment de ressources nerveuses et qu'il s'alimente de façon appropriée, il fonctionne de manière correcte. Il y a une période d'ajustement pendant laquelle les produits toxiques accumulés s'évacuent. C'est assez simple, ça paraît « Bisounours » ! Mais si tu as les ressources adéquates, tu décrasses et ça redémarre. Le problème est le manque d'énergie nerveuse. Certaines personnes témoignent que manger cru les a transformé en trois mois, tous leurs problèmes de santé ont disparu, ils se mettent à courir des 50kms... D'autres se sont mis à manger cru il y a un an, avec beaucoup de sérieux, et leur état ne bouge pas. La seule différence est l'énergie nerveuse. Quand on dit de quelqu'un qu'il est « fatigué de naissance », ce n'est pas pour rien ! Il y a vraiment des gens qui naissent épuisés et pour qui le simple fait de manger cru ne suffit pas. Pour le reste des gens, ça fonctionne." Dans la "crusine", la recette est simple : les aliments utilisés - souvent des graines, fruits, légumes ou algues - ne peuvent être cuits au-delà de 42°C.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.