Le Ministre Eric Dupont-Moretti ose affronter sur scène les critiques des Verts: "J'ai laissé passer les 'putaclics' et attendu pour venir m'exprimer ici"

par morandini

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti s'est défendu samedi d'avoir jamais considéré les Verts comme des "ayatollahs", lors des "Journées d'été des écologistes" dont il était l'invité surprise à Pantin. Les Verts reprochent à M. Dupond-Moretti d'avoir signé, alors qu'il n'était pas encore ministre, la préface d'un livre du patron de la fédération des chasseurs Willy Schraen dans laquelle il dénonçait les "ayatollahs de l'écologie".

"J'ai vu ce qu'on disait (sur les réseaux sociaux) de mon propos" mais "c'est faux. J'ai stigmatisé les extrémistes, pas les écologistes" et "si je suis ici, c'est que je pense que vous n'êtes pas des ayatollahs. Sinon, je ne serais pas là". "Ce sont les extrémistes que j'ai mis en cause", a insisté M. Dupond-Moretti.

"Je comprends que vous ayez été blessés" par la façon "dont le buzz a été présenté. J'ai fait le dos rond. J'ai laissé passé ce qu'on appelle les "putaclics" de certains et j'ai attendu de venir ici pour m'expliquer".

Egalement questionné par les écologistes sur certains de ses propos jugés "sexistes" par les Verts, quand il n'était pas encore ministre, M. Dupont-Moretti s'est également défendu: "J'ai dit que le mouvement +metoo+ allait libérer la parole des femmes et que c'était positif. J'ai demandé que les femmes soient mieux accueillies par la police quand elles viennent porter plainte pour violences conjugales, j'ai même dit que les salauds devaient être condamnés", a-t-il plaidé. "En revanche, j'ai dit que la toile ne pouvait pas être le réceptacle de ces plaintes".

Tandis qu'il s'exprimait, des militants soulevaient des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire "ministre, sexisme".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.