Le député M'jid El Guerrab toujours en garde à vue à Paris pour violences volontaires aggravées - Un témoin raconte

par morandini

Le député de La République en marche M'jid El Guerrab a été placé en garde à vue à Paris, vendredi, pour « violences volontaires aggravées ».
Quarante-huit heures plus tôt, une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris au sujet d'une altercation ayant opposé cet élu de 34 ans, député de la 9e circonscription des Français de l'étranger, à Boris Faure, premier secrétaire de la fédération des Français de l'étranger du Parti socialiste (PS).
Les faits se sont déroulés mercredi 30 août dans le 5e arrondissement de la capitale, à proximité du domicile de M. El Guerrab, qui raconte sur sa page Facebook avoir été « violemment pris à partie par Boris Faure », tandis que les deux hommes se croisaient dans la rue. « C'est lui qui m'a apostrophé et non l'inverse », poursuit le député LREM, selon qui son interlocuteur « avait vraisemblablement la volonté d'en découdre ».
Boris Faure tombe au sol, le visage en sang. Victime d'un traumatisme crânien et d'un hématome sous-cutané, il était toujours hospitalisé vendredi soir.
Le matin, il avait pu être entendu par le parquet, qui commente sobrement : « Il n'a pas la même version des faits. » Sa femme, qui s'est entretenue avec lui avant son transfert à l'hôpital, la livre à France Info : « Il m'a raconté qu'il est tombé tout à fait par hasard sur M. El Guerrab. Il lui a dit "Il faut qu'on remette à plat nos conflits", ils ont commencé à discuter, et tout d'un coup, il a vu M. El Guerrab prendre son casque, prendre de l'élan, et taper très fort. »
Hier soir sur France 2, la propriétaire du bat où s'est déroulé l'altercation a témoigné. Regardez

Vos réactions doivent respecter nos CGU.