Le chanteur Idir, qui fut l'un des principaux ambassadeurs de la chanson kabyle à travers le monde, est mort, à l'âge de 70 ans

par morandini

Le chanteur Idir, qui fut l'un des principaux ambassadeurs de la chanson kabyle à travers le monde, est mort, à l'âge de 70 ans, a annoncé sa famille sur les réseaux sociaux. Hospitalisé vendredi à Paris, il a succombé à une maladie pulmonaire et devrait être enterré en région parisienne, selon son entourage. « Nous avons le regret de vous annoncer le décès de notre père à tous, Idir, le samedi 2 mai à 21 h 30. Repose en paix, papa », est-il écrit dans un message publié sur la page Facebook officielle du chanteur, installé en France.

« J'ai appris avec une immense tristesse la nouvelle du décès » d'Idir, « une icône de l'art algérien », a salué dans un tweet le président algérien, Abdelmadjid Tebboune. « Avec sa disparition, l'Algérie perd un de ses monuments. »

Fils de berger, né le 25 octobre 1949 à Aït Lahcène, un village de Kabylie, Idir - de son vrai nom Hamid Cheriet - fait figure de héros pour la communauté kabyle, dont il n'a eu de cesse de défendre l'identité et la culture. Alors qu'il se destinait à être géologue, un passage en 1973 sur Radio Alger change le cours de sa vie : il remplace au pied levé la chanteuse Nouara et sa chanson en langue berbère Vava Inouva fait le tour du monde à son insu pendant qu'il fait son service militaire. « Je suis arrivé au moment où il fallait, avec les chansons qu'il fallait », racontait en 2013 à l'Agence France-Presse Idir, imprégné dès son enfance par les chants qui rythmaient tous les moments de la vie quotidienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.