La sortie d'Harvey Weinstein dans un "Comedy Club" new-yorkais qui tourne au scandale, le producteur se faisant insulter par les artistes sur scène

par Jeanmarcmorandini.com

Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles et de viols par plus d'une trentaine de femmes, s'est glissé avec des anis dans le public d'un spectacle de jeunes humoristes, dans un bar de New York. Mais les choses ont très vite mal tournées quand les humoristes femmes, ont découvert sa présence.

"Je ne savais pas qu'il fallait apporter son spray d'autodéfense et son sifflet anti-viol à une soirée scène ouverte" lance sur scène, a comédienne de 27 ans, Kelly Bachman, à peine montée sur scène (Voir vidéo ci-dessus). Elle le qualifié alors de "Freddy Krueger", en référence à un personnage de plusieurs films d'horreur. "Va te faire f...", a continué la jeune femme, avant de préciser qu'elle avait été elle-même victime de viol. "Je suis une actrice comique. C'est notre boulot d'énoncer les non-dits", a lancé Kelly Bachman. Ses commentaires ont été sifflés par une partie du public, tandis que d'autres au contraire applaudissaient, selon cette vidéo.

Au cours de la soirée, plusieurs autres humoristes demandent simplement le départ d'Harvey Weinstein de la salle de spectacle: Zoe Stuckless lance "Personne ne va dire quelque chose ?" furieuse, devant la table où se trouvaient Harvey Weinstein

"Elle a raison, vous êtes un putain de monstre. Qu’est-ce que vous faites ici ? Allez vous faire foutre", lance une autre actrice, Amber Rollo. Au final, ce sont ces deux actrices qui ont été évacuées par la sécurité de l'établissement.

Kelly Bachman a finalement reçu quelques applaudissements. Le producteur déchu est resté attablé, avec son entourage.

Le bar concerné, le Downtime, vilipendé par beaucoup sur les réseaux sociaux, a posté un message sur Facebook, rejetant la responsabilité de la présence du producteur déchu sur les organisateurs de cette soirée privée, qui avaient "leur propre liste d'invités".

L'organisatrice, Alexandra LaLiberte, a diffusé un communiqué se disant "profondément attristée", s'excusant que certaines personnes "se soient senties menacées" par sa présence. Elle a souligné avoir été prise par surprise: Harvey Weinstein avait déjà assisté à une de ses soirées, sans poser de problème, selon elle.

Un des porte-paroles d'Harvey Weinstein, en liberté surveillée à New York en attendant son procès le 6 janvier, a jugé l'incident "carrément grossier et un exemple de la façon dont dont ses droits en tant qu'accusé sont foulés du pied", dans une déclaration au Hollywood Reporter.

vidéos similaires

lecture autoOUINON

Vos réactions doivent respecter nos CGU.