L'appel au secours des Français bloqués sur un paquebot où le virus circule : "Si personne ne vient nous aider, nous sommes des condamnés à mort"

par morandini

Le Zaandam, battant pavillon néerlandais et exploité par Holland America (groupe Carnival), a quitté Buenos Aires le 7 mars. Il devait débarquer ses passagers à San Antonio, au Chili, qui lui a refusé l'accostage. Les autres ports sud-américains sur sa route lui ont ensuite été fermés en raison des restrictions mises en place par les gouvernements pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus. Jeudi, alors qu'il se trouvait dans les eaux panaméennes, le navire a commencé à recevoir l'assistance d'un autre bateau de la compagnie, le Rotterdam, parti de San Diego, aux États-Unis, avec des vivres, du personnel et des tests de Covid-19.

Les deux paquebots bleu et blanc, quasi identiques, étaient visibles dans la baie de Panama, à bonne distance l'un de l'autre, a constaté l'AFP. «Ils ne peuvent réaliser que des manœuvres de bateau à bateau, il n'est permis à aucune personne à bord de débarquer au Panama», a déclaré aux journalistes le ministre panaméen des Affaires maritimes Noriel Arauz.

La compagnie prévoit désormais de transférer à bord de ce deuxième navire les «passagers qui ne sont pas malades», après les avoir soumis à un contrôle sanitaire. Mais hier soir sur France 2, une des Françaises "prisonnière" sur ce bateau a lancé un appel à l'aide : "Si personne ne nous vient en aide, nous sommes des condamnés" dit-elle jointe par Skype.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.