Incendie dans le Gard : La colère et l'émotion des habitants après les 300 hectares partis en fumée et la mort du pilote d'un Bombardier

par morandini

L'enquête s'est poursuivie samedi après la libération de deux personnes interpellées le veille à propos de l'incendie qui a brûlé plus de 300 hectares de forêt vendredi à Générac dans le Gard et coûté la vie à un pilote de bombardier d'eau.

"Les deux personnes qui ont été interpellées hier et placées en garde à vue à Générac ont été remises en liberté" vers midi, a précisé le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel à un correspondant de l'AFP.

Un peu plus tôt, lors d'une conférence de presse à la base aérienne de la sécurité civile à Nîmes, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait indiqué que vendredi "au moment du deuxième incendie de Générac" deux personnes avaient été placées en garde à vue.

"Il y a eu le signalement de trois personnes qui auraient pu être incendiaires: deux personnes ont été interpellées et des éléments de l'enquête semblent laisser penser qu'elles peuvent être responsables", avait-il détaillé.

"Nous avons des suspicions, mais nous n'avions pas assez d'éléments pour les garder. Nous avons besoin de temps pour enquêter davantage. L'avancée de l'enquête nous dira s'il faut les interpeller à nouveau ou pas", a précisé à l'AFP le lieutenant colonel de gendarmerie Didier Ressayre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.