Gilets jaunes : Un député de La France Insoumise, Loïc Prud'homme, accuse la police de l'avoir "matraqué" hier

par morandini

Le député de La France Insoumise Loïc Prud'homme accuse la police de l'avoir "matraqué", hier samedi, alors qu'il quittait une manifestation des gilets jaunes à Bordeaux.
"Matraqué alors que je quittais la manifestation tranquillement. Christophe Castaner, Didier Lallement (le préfet de l'Aquitaine, ndlr), les violences policières n'existent pas? Ça suffit, vous semez le chaos!", a écrit l'élu de 49 ans dans un message, accompagné d'une vidéo. Sur ces images, Loïc Prud'homme montre son oreille gauche sur laquelle on distingue une tache de sang:
"Je viens de me faire matraquer par les forces de l'ordre alors que je rentrais tranquillement récupérer mon vélo. Voilà le travail de la police, quand on se replie gentiment, qu'on est député de la République".

Sur BFM TV, le député a affirmé:

"Je marchais tranquillement quand on a été chargé, matraqué par des policiers. Avant d'être matraqué, j'ai levé les bras en brandissant ma carte de député, en déclinant mon identité. Rien n'y a fait on a pris une volée de matraque, assez copieuse car je suis touché à l'oreille. Le policier, une fois qu'il a eu compris sa boulette, m'a dit : 'Vous serez convoqué, monsieur Prud'homme, car vous participez à un rassemblement interdit.' Donc, il a fait pression sur moi pour que je ne dise rien. Aujourd'hui, on est dans un franchissement de seuil. Des policiers chargent, je ne sais pas si maintenant un député de la nation doit courir en voyant les forces de l'ordre. Ce n'est pas possible, ces gens-là sont là pour nous protéger."

De son côté, le préfet de Gironde a répondu que les forces de l'ordre avaient "correctement fait leur travail".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.