Edouard Philippe - Nous devons à nos soignants de la reconnaissance et nous leur devons des armes pour se battre.

par morandini

Edouard Philippe - Nous devons à nos soignants de la reconnaissance et nous leur devons des armes pour se battre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.