Disparition d'Estelle Mouzin : Après les aveux de la femme de Michel Fourniret, les enquêteurs vont tenter de retrouver le corps de la fillette ?

par morandini

Le tueur en série Michel Fourniret a séquestré, violé et tué Estelle Mouzin dans une maison familiale désertée des Ardennes, selon de nouveaux aveux, plus détaillés, de son ex-épouse, relançant l'espoir, 17 ans après, de retrouver le corps de la fillette. "Monique Olivier a déclaré au juge d'instruction (…) que Michel Fourniret avait enlevé Estelle Mouzin, l'avait kidnappée, l'avait emmenée le 9 janvier 2003 à Ville-sur-Lumes pour la séquestrer et qu'il l'avait violée et étranglée", a déclaré vendredi son avocat Me Richard Delgenes.

Des déclarations qui s'ajoutent à l'identification récente de l'ADN partiel de la fillette, mêlé à d'autres traces, sur un matelas saisi en 2003 dans cette maison près de Charleville-Mézières.

Monique Olivier, interrogée depuis mardi dans le bureau de la juge Sabine Khéris, avait déjà accusé en janvier son ex-mari d'avoir tué la fillette de neuf ans. Mais sans préciser le lieu ni le mode opératoire ni s'il s'était confié à elle, laissant ainsi planer de nombreuses zones d'ombres dans cette enquête, l'une des affaires criminelles non résolues les plus emblématiques en France. Elle affirme désormais que son mari serait rentré le 10 janvier vers 4H00 du matin, les vêtements sales, à leur domicile de Sart-Custinne, dans les Ardennes belges.

Il lui aurait raconté les faits, avant de repartir sur place dans les jours suivants.

Face à ces nouvelles déclarations de Monique Olivier, 71 ans, déjà condamnée à perpétuité en 2008, la juge a décidé de la mettre en examen pour "complicité d'enlèvement et séquestration suivis de mort", a annoncé l'avocat. "Il reste des investigations à mener pour découvrir où est le corps d'Estelle Mouzin (...). Elle n'a pas pu donner d'indication à cet égard", a ajouté Me Delgenes. Un sujet qui sera au menu du nouvel interrogatoire de Michel Fourniret prévu la semaine prochaine, selon une source proche du dossier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.