Des manifestants ont tenté de pénétrer dans le service de réanimation de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière

par morandini

Des dizaines de participants au défilé du 1er-Mai ont fait irruption hier dans l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, du matériel a même été détruit dans certains services selon certains médecins qui ont témoigné dans les médias.
Certains manifestants ont même tenté de pénétrer dans un service de réanimation avant d'être délogés par la police, a dénoncé la direction de l'établissement. Une trentaine de personnes ont été placées en garde à vue.

Peu après 16h, alors que les tensions redoublent entre « radicaux » et forces de l'ordre et que le cortège est séparé entre la place d'Italie et le boulevard de l'Hôpital, plongés sous les gaz lacrymogènes, la directrice de La Pitié-Salpêtrière est informée d'une tentative d'intrusion dans l'établissement.

« Je me suis immédiatement rendue sur place, et lorsque je suis arrivée, la grille était forcée, la chaîne avait cédé, et des dizaines de personnes étaient en train d'entrer dans l'enceinte de l'hôpital », a témoigné Marie-Anne Ruder auprès de France Inter. Parmi les « intrus », des « gilets jaunes » et des individus au visage dissimulé, a assuré la directrice de l'établissement, qui a appelé les services de police en raison notamment de « gestes violents et menaçants ».

Puis, des dizaines de personnes « se sont précipitées en montant un escalier, en passant une passerelle vers le service de réanimation chirurgicale », qui accueille des « patients particulièrement vulnérables », a déclaré le directeur général de l'Assistance publique Martin Hirsch, sur BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.