Coronavirus - Un pharmacien de laboratoire accusé d'avoir saboté volontairement des centaines de vaccins Moderna en rompant la chaîne du froid

par morandini

C'est un sabotage qui aurait pu avoir des conséquences graves et qui a été découvert par les autorités américaines. Un pharmacien de laboratoire, Stephen Brandenburg, a avoué avoir détruit plus de 500 doses de vaccin contre le coronavirus car il pensait qu’elles changeraient l’ADN des gens. Stephen Brandenburg est pharmacien au Aurora Medical Center du Wisconsin aux Etats-Unis.

Stephen Brandebourg a retiré les flacons contenant le vaccin Moderna Covid-19 du lieu réfrigéré où ils étaient entreposés dans l’intention de les détruire en les rendant efficace en rompant la chaîne du froid. Ces vaccins contre les coronavirus doivent être conservés à des températures très basses pour rester efficaces.

Interrogé par la police, l'homme a expliqué que pour ces vaccins étaient au centre d'un grand complot de l'industrie pharmaceutiques et des autorités qui souhaitaient modifier l'ADN de l'être humain. Une position "complotiste" qui a été développée sur plusieurs sites internet, même si les études ont montré que le vaccin n'intervenait à rien sur l'ADN.

Les enquêteurs ont également découvert que 57 des doses compromises avaient déjà servi de vaccins aux patients au moment où les actions de Stephen Brandebourg ont été découvertes, selon le président du groupe médical Aurora Health Care, le Dr Jeff Bahr. On ne sait pas dans l'immédiat quelles seront les conséquences de cette rupture du froid.

vidéos similaires

lecture autoOUINON

Vos réactions doivent respecter nos CGU.