Coronavirus - Le grand flou autour des masques ce week-end dans la population: Faut-il en porter ou pas ?

par morandini

Alors que le gouvernement français n'a cessé de répéter que les masques n'avaient aucune utilité pour les individus non-porteurs de la maladie, le discours officiel s'infléchit. L'Académie de médecine recommande désormais d'en porter. Plusieurs pays du monde incitent déjà leurs populations. Plusieurs pays européens l'ont rendu obligatoire. Les États-Unis, où il était jusqu'ici déconseillé, s'apprêtaient vendredi 3 avril à réviser leur ligne de conduite. Donald Trump, lui-même, encourage désormais le port du masque même si lui ne compte pas en utiliser...

Depuis le début de l'épidémie, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et de nombreux gouvernements répètent que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche, en disant s'appuyer sur des données scientifiques.

Interrogé par franceinfo, Jean-François Matteï, président de l'Académie de médecine, va dans ce sens : "Lorsqu'on se trouvait dans une pénurie de masques chirurgicaux, FFP2 et autres, (...) on ne voyait pas comment recommander le port du masque pour la population puisqu'au début de l'épidémie, il n'y avait pas de stocks suffisant dans la durée". Mais désormais, "on a du recul" souligne l'ancien ministre de la Santé. Aujourd'hui, de nombreuses voix s'élèvent pour expliquer que le coronavirus pourrait être véhiculé via l'air expiré.

En France, le 20 mars, des médecins spécialistes expliquaient déjà dans une tribune, que les masques "protègent doublement : ils évitent à ceux qui sont porteurs du virus (souvent sans le savoir) de le transmettre et évitent à ceux qui ne le sont pas de le récupérer".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.