cgt_mp4-450

par morandini

Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a été contraint de quitter le cortège de tête avant que la manifestation syndicale parisienne du 1er mai s'ébranle, après avoir été pris à partie par des radicaux, ont constaté plusieurs journalistes. Interrogé par téléphone par l'AFP pour savoir s'il avait quitté définitivement la manifestation, le numéro un de la CGT a répondu par SMS : "Non, je suis juste un peu en retrait".
Il est revenu dans le cortège par la suite, en s'en prenant au ministre de l'Intérieur et aux forces de l'ordre.

"La police a chargé la CGT, une CGT bien identifiée, fait grave. Pour un ministre de l'Intérieur qui nous avait dit +je maîtrise la situation, j'ai changé le préfet, vous allez voir ce que vous allez voir+, eh bien, on a vu", a-t-il dit aux médias, une fois revenu dans le cortège de tête, visiblement très énervé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.