Après avoir été empoisonné et malgré les menaces, le principal opposant de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, s'apprête à retourner en Russie

par morandini

Le principal opposant de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, s'apprête à retourner en Russie après avoir passé plusieurs mois en Allemagne. Il y était soigné d'un empoisonnement présumé qu'il impute au Kremlin. Alexeï Navalny appelle ses partisans à venir l'accueillir, mais Moscou prévient qu'il pourrait être arrêté.

Le chef de file de l'opposition russe était subitement tombé dans le coma en août, alors qu'il revenait d'un voyage en Sibérie. D'abord hospitalisé à Omsk, une grande ville de la région, il avait finalement été évacué vers un hôpital berlinois sous la pression de ses proches. Trois laboratoires européens ont depuis conclu que l'opposant avait été empoisonné par un agent innervant de type Novitchok, développé à l'époque soviétique, conclusion confirmée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) malgré les dénégations de Moscou. L'opposant accuse les services spéciaux russes (FSB) d'avoir tenté de l'assassiner sur l'ordre direct de Vladimir Poutine.

Au gré des versions, les autorités russes ont elle mis en cause les services secrets occidentaux, ou l'hygiène de vie d'Alexeï Navalny. Jusqu'à présent, Moscou a refusé d'ouvrir une enquête pour découvrir ce qui est arrivé à Alexeï Navalny, arguant notamment du refus de l'Allemagne de transmettre ses données à la Russie.

Samedi, Berlin a toutefois annoncé avoir transmis à Moscou des éléments de son enquête judiciaire, notamment "des procès-verbaux" d'interrogatoires d'Alexeï Navalny et "des échantillons de sang et de tissus, ainsi que des morceaux de vêtements", disant s'attendre à ce que Moscou commence désormais à "faire la lumière sur ce crime".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.