Qu'est-ce que Holi : la fête des couleurs ?

Chargement en cours
Traditionnellement, les participants se lancent des pigments ou s'aspergent d'eau colorée, en s'écriant : "Bura na mano, holi hai !" (Ne soyez pas fâché, c'est la Holi !).
Traditionnellement, les participants se lancent des pigments ou s'aspergent d'eau colorée, en s'écriant : "Bura na mano, holi hai !" (Ne soyez pas fâché, c'est la Holi !).
1/2
© iStock, Kristin Ruhs

La joviale fête des couleurs fascine par son esprit fédérateur et son émulsion de couleurs vives. L'événement aura prochainement lieu les 9 et 10 mars 2020, l'occasion de s'attarder sur ses origines.

Les coutumes festives de l'Inde se sont popularisées grâce à la diffusion de clichés d'exception sur la Toile et dans les médias. L'un des festivals incontournables est Holi, la fête des couleurs. Elle se célèbre durant deux jours, au cours du mois de Phâluga (février-mars) et obligatoirement pendant une pleine lune. L'événement marque le passage de l'hiver au printemps dans leur calendrier. Elle symbolise la victoire du bien sur le mal, le retour de la fertilité. Vêtus généralement de blanc, les participants se promènent avec des poudres et eaux colorées qu'ils jettent sur les personnes qu'ils croisent. Les couleurs abondent dans la foule, les rues.

La légende derrière Holi

Holi puise son origine dans la religion hindouiste. Nombreuses sont les légendes qui circulent pour tenter d'y apporter une explication. Le plus célèbre mythe conte l'histoire de l'orgueilleux Hiranyakashipu qui voulait être élevé au rang des dieux. Son fils Prahlada, qui vouait un culte à Vishnou, refusa d'être assujetti à son père. Par vengeance, ce dernier voulu le piéger et le défia de s'allonger dans des flammes aux côtés de sa tante Holika, qui ne craignait pas le feu. Par vanité, le frère et la soeur furent punis par Vishnou en personne. La victoire fut célébrée par le peuple qui se couvrit de cendres, geste maintenant traduit par le lancer de pigments de couleurs.

Le déroulement des festivités

Deux semaines avant la date clé, les préparatifs démarrent. Les marchés font le plein de poudres de toutes les teintes, de "pichkaris", des pistolets à eau sous forme de crayons, et de "gulals", des ballons remplis d'eau et de pigments. La nuit précédant le Jour J, un grand feu nommé "Holika Dahan" est allumé pour commémorer la crémation du mal que représente Holika. Les braises sont recyclées par les habitants et servent à un nouveau feu. Le grand jour se surnomme "Rangapanchami" ou "Dhuletti" et sonne le début de la bataille bienveillante. Toutes les castes sont réunies pour ces journées spéciales. On s'asperge mutuellement en s'écriant "Bura na mano, holi hai !" (Ne soyez pas fâché, c'est la Holi !), on chante et on danse sur des musiques de Bollywood. En famille, on s'échange les voeux et des cadeaux le soir même. Pour certaines régions, comme très fréquemment dans le nord de l'Inde, les réjouissances se prolongent durant une semaine.

La symbolique des pigments

À chaque couleur se rattache une interprétation bien précise. Le code est connu des initiés. Le vert représente l'harmonie tandis que l'orange exprime l'optimisme. La joie, la pureté et l'amour sont matérialisées à travers le rouge. Le jaune incarne la foi. Le bleu figure le calme et la vitalité. Outre l'aspect métaphorique, les pigments auraient d'autres pouvoirs comme le partage sur son site Le Routard : "Holi est également appréciée pour ses vertus 'médicales'. En effet, les Indiens, soutenus par les théories des biologistes, croient à l'action purifiante de la coloration utilisée dans la peinture, qui, une fois répandue sur le corps, pénètre dans les pores. Le contact entre la coloration et les pores aurait pour effet de renforcer les défenses naturelles du corps et de l'embellir." Qui n'aurait pas envie de voir la vie en couleur ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.