Patrimoine naturel français : comment le sauvegarder ?

Chargement en cours
Le patrimoine naturel (ici, le Golfe de Porto, en Corse) est protégé grâce à des lois et des organismes publics.
Le patrimoine naturel (ici, le Golfe de Porto, en Corse) est protégé grâce à des lois et des organismes publics.
1/2
© Adobe Stock, knik

Les plages, les montagnes, les vallées ou encore les forêts françaises forment un patrimoine naturel remarquable mais néanmoins vulnérable. Comment empêcher qu'il ne se détériore malgré des facteurs extérieurs et le temps qui passe ?

À cause du changement climatique, des catastrophes naturelles, de la déforestation, de l'extension des villes ou encore d'une méconnaissance de l'importance d'un lieu de la part des hommes et des femmes, certains sites naturels se détériorent. C'est le cas, par exemple, de nos côtes où le nombre d'habitants par kilomètre carré est bien plus élevé que dans les terres, ce qui augmente les constructions et la pollution. Les lacs et les cours d'eau, quant à eux, sont pour la plupart en proie aux polluants, ce qui impacte leur faune et leur flore.

Agir à son échelle

Pour préserver ce patrimoine, chacun peut adopter un comportement écoresponsable. Cela vaut au quotidien afin de protéger la planète dans son ensemble mais aussi lors de la visite d'un site en particulier (ne rien jeter par terre, respecter les animaux, ne pas cueillir de plantes rares...). Cependant, comme le patrimoine naturel est un bien collectif, il est important qu'il soit protégé par des lois et des organismes publics. En France, la loi relative à la protection de la nature a été promulguée en 1976. C'est elle qui pose les grands principes du droit de l'environnement.

Légiférer pour mieux protéger

Grâce à ce texte, la protection des espaces et des ressources naturels, ainsi que celle des espèces végétales et animales, est devenue d'intérêt général. La loi a inventé le concept d'espèces protégées. Elle a aussi, entre autres, rendu obligatoire la réalisation d'études avant certains aménagements pour en évaluer l'impact sur l'environnement, a institué le statut de "forêt de protection" (forêts qui hébergent des écosystèmes sensibles ou préservent les riverains contre certains risques naturels), et a modernisé le statut de réserve naturelle pour en faciliter la création. Depuis, d'autres décrets ont été publiés pour compléter cette loi, des outils ont été créés et les espaces protégés se sont multipliés.

Des espaces protégés variés

Parc national, parc naturel marin, réserve biologique dirigée ou intégrale, réserve naturelle nationale ou régionale... Les zones naturelles françaises protégées sont en effet variées car elles n'impliquent pas toutes les mêmes acteurs, et demandent des gestions différentes selon les objectifs. Certains sites sont également protégés au titre de conventions et engagements européens ou internationaux. C'est le cas, par exemple, des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO comme le Golfe de Porto, en Corse, ou la chaîne des Puys en Auvergne. Depuis le début des années 1990, c'est le Service du Patrimoine Naturel du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN-SPN) qui gère la base de données des espaces protégés, et assure sa cohérence au niveau national.

Par ailleurs, des milliers d'associations oeuvrent chaque jour pour la protection de notre patrimoine naturel. Nombre d'entre elles sont regroupées au sein de France Nature Environnement, la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.