Tout savoir sur la surpêche, fléau qui menace les océans

Chargement en cours
La surpêche entraîne d'importantes conséquences sociales et économiques et de fortes répercussions sur l'environnement.
La surpêche entraîne d'importantes conséquences sociales et économiques et de fortes répercussions sur l'environnement.
1/2
© Adobe Stock, Uladzimir

À l'échelle planétaire, la surpêche constitue l'une des plus importantes menaces qui plane sur le bon équilibre des mers et des océans. Gigantesque pillage des océans, la surpêche a également de graves répercussions sociales et économiques. Découvrez quelles sont les causes de ce fléau et comment faire pour y remédier.

Qu'est-ce que la surpêche ?

Depuis le milieu du XXème siècle, la pêche artisanale s'est progressivement effacée au profit de la pêche industrielle de grande échelle. La demande toujours grandissante de poisson, associée à l'augmentation exponentielle du nombre d'habitants sur terre, a entraîné des rythmes de pêche incessants, au mépris du fait que les réserves naturelles ne sont pas illimitées et s'approchent dangereusement de l'épuisement définitif. Sur les soixante dernières années, la quantité de gros poissons présents dans les océans aurait diminué de 90%. Selon de nombreux scientifiques, si rien n'est fait pour limiter la surpêche, cette pratique pourrait entraîner l'extinction de toutes les espèces de poissons d'ici l'année 2070.

Comprendre la surpêche en quelques chiffres

Le marché mondial du poisson représente à l'heure actuelle 33 milliards d'euros. Si 7,7 milliards d'êtres humains vivent actuellement sur 30% de la surface de la Terre, ils restent dépendants des 70% restants que constituent les océans. Et si on a longtemps cru que les océans représentaient une ressource inépuisable, il n'en est rien. 75% des espèces de poissons présentes dans les eaux de l'Union européenne sont actuellement surexploitées.

Pourtant, la majorité du poisson consommé en Europe est issu de l'importation. Les Français consomment annuellement 35 kg de poisson par habitant, en moyenne, et seulement 11 kg proviennent de France. Le poisson que nous mangeons vient majoritairement d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie. Et dans ces eaux aussi, les espèces marines sont en danger d'extinction.

Comment lutter contre la surpêche ?

Si de nombreux gouvernements ont commencé à mettre en place des réglementations pour faire face à la surpêche, la route vers une pêche consciente et durable est encore longue. La lutte contre la pêche illégale est un combat difficile à mener à l'échelle mondiale. D'après un rapport récent de la FAO, les pertes liées à la pêche illégale se situeraient entre 10 et 23,5 milliards de dollars chaque année, représentant entre 11 et 26 millions de tonnes de poissons.

Heureusement, les consommateurs peuvent eux aussi, chacun à leur niveau, aider à lutter contre la surpêche et favoriser la préservation des mers et des océans. Notamment en achetant local, en privilégiant la dorade, le rouget ou encore le mulet, qui sont des espèces encore présentes dans les eaux françaises. Il existe également des labels qui permettent de s'assurer que le poisson que l'on achète est bien issu de la pêche durable : pêché à la ligne, au filet ou au casier, en tenant compte des cycles de reproduction des espèces.

Pour plus de conseils, consultez le site de la WWF : Consoguidepoisson.fr

Source : http://www.fao.org/fisheries/fr/

Vos réactions doivent respecter nos CGU.