Taxe carbone : à quoi sert-elle ?

Chargement en cours
La taxe carbone est une écotaxe qui s'applique sur les émissions de dioxyde de carbone.
La taxe carbone est une écotaxe qui s'applique sur les émissions de dioxyde de carbone.
1/2
© Adobe Stock, Fox_Dsign

Aussi connue sous le nom de Contribution Climat-Energie ou CCE, la taxe carbone a été mise en place en 2014 après deux tentatives infructueuses. Cette écotaxe s'applique sur les émissions de dioxyde de carbone, pour limiter l'utilisation des énergies fossiles. Mais elle est surtout régulièrement remise en question, en particulier depuis le début du mouvement des Gilets jaunes en France. Explications.

La taxe carbone, c'est quoi ?

La taxe carbone a été créée avec un objectif très clair en tête : lutter contre le dérèglement climatique. Elle entre donc dans la catégorie des écotaxes, et s'applique aux émissions de dioxyde de carbone (ou CO2), l'un des principaux gaz à effet de serre. Elle est donc intégrée à ce que l'on appelle la TICPE : Taxe intérieure de consommation des produits énergétiques. Concrètement, cela signifie qu'elle pèse sur les énergies fossiles utilisées par les entreprises comme par les particuliers, et possède notamment un impact sur le prix du carburant. Grâce à cette taxe, le gouvernement espère encourager les consommateurs à limiter leur utilisation d'énergies fossiles pour faire baisser les émissions de dioxyde de carbone.

D'ailleurs, la France n'est pas la seule à avoir mis en place un système de ce genre. La taxe carbone existe sous différentes versions dans plusieurs pays européens tels que la Finlande, le Danemark, la Suède, la Slovénie ou encore l'Irlande.

Une taxe au montant variable

Comme la plupart des taxes, la taxe carbone ne possède pas un montant fixe. À l'origine, elle était au prix de 7 euros par tonne de CO2 rejetée dans l'atmosphère. D'année en année, elle n'a cessé d'augmenter pour atteindre 44 euros la tonne en 2018. Les Français ont obtenu un répit grâce au mouvement des Gilets jaunes en 2019, puisque grâce à leurs revendications, elle a été gelée en 2019. Pour information, elle devait passer à 65,40€ la tonne en 2020 et 86,20€ la tonne en 2022. Le gouvernement a toutefois accepté de stopper son augmentation pour endiguer la hausse du prix du carburant.

Une taxe considérée comme injuste

La plus grande critique rencontrée par la taxe carbone est son influence sur le pouvoir d'achat des ménages à faibles revenus. Pour les personnes qui ne peuvent pas se passer de leur véhicule, un plein d'essence coûte en effet de plus en plus cher. Rejetée par les foyers les plus modestes, de nombreuses discussions sont encore aujourd'hui en cours, afin d'en faire un instrument fiscal plus équitable.

L'une des pistes explorées serait de réinjecter l'argent rapporté par la taxe carbone - 4 milliards d'euros en 2016 - dans le soutien des foyers aux revenus modestes, notamment via des crédits d'impôts permettant le remplacement des chaudières et véhicules trop vieux et trop gourmands, contre des modèles moins émetteurs de CO2.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.