Snowfarming : pourquoi le recyclage de la neige est tendance ?

Chargement en cours
Le snowfarming consiste à stocker la neige pour l'utiliser d'une année sur l'autre.
Le snowfarming consiste à stocker la neige pour l'utiliser d'une année sur l'autre.
1/2
© Adobe Stock, lucianofochi

Largement pratiqué dans les pays nordiques, le snowfarming, qui consiste à conserver la neige d'un hiver à l'autre, gagne peu à peu les stations de ski françaises. Comment fonctionne cette pratique et quels sont ses avantages ? Explications.

Le snowfarming, comment ça marche ?

Provenant des mots anglais "snow" (neige) et "farming" (culture), le snowfarming est une technique de stockage et de conservation de la neige afin de la recycler. En pratique : de la neige est stockée durant l'hiver dans un endroit dédié, par exemple un trou creusé dans le sol. À la fin de la saison froide, elle est recouverte de sciure de bois et/ou d'une toile jusqu'à l'année suivante. Ainsi, la neige est protégée des chaleurs estivales et ne fond presque pas. Les pertes d'une année sur l'autre sont de l'ordre d'environ 30% seulement, moins dans le cas d'un stockage de neige artificielle, plus dense que la neige naturelle.

Diminuer la dépendance aux conditions météorologiques

Utilisée depuis près de vingt ans dans les pays scandinaves, la technique du snowfarming a désormais gagné quelques stations alpines. Son principal avantage est d'offrir une solution d'appoint lorsque la quantité de neige est insuffisante en début d'hiver. Alors que la production de neige artificielle nécessite des températures négatives, la neige stockée peut déjà être utilisée comme base à la préparation de piste de ski, d'un parcours de ski de fond, de tremplins ou encore de circuits de retours dans les parties basses des stations. Le snowfarming permet donc aux stations de ski d'être moins dépendantes des conditions météorologiques en début d'hiver. Grâce à leur stock de neige, elles peuvent ouvrir des domaines plus tôt même si la neige n'est pas encore tombée en abondance et que le thermomètre est positif.

Garantir un enneigement suffisant lors d'un événement sportif

L'univers du sport bénéficie également du snowfarming. Même dans le cas d'un début d'hiver pauvre en neige, les skieurs, biathlètes et autres snowboardeurs professionnels peuvent s'entraîner dans de bonnes conditions, dès le mois de novembre, dans une station pratiquant cette technique. En cas d'organisation d'un événement sportif, le snowfarming offre également la garantie de disposer d'une neige suffisante le jour J. De quoi éviter le report de compétitions et la perte de milliers d'euros qui en découlerait.

Le snowfarming, une technique écologique ?

Réel atout économique, le snowfarming présente également plusieurs caractéristiques écocompatibles, comme l'expliquait Samuel Morin, chercheur à Météo France, à l'AFP en avril 2019. Tout d'abord, le fait de rassembler la neige demande selon lui des dépenses en énergie "peu élevée". De plus, la pratique n'a qu'un impact "très faible" sur le cycle de l'eau. D'autres voix s'élèvent cependant pour dénoncer l'utilisation de neige artificielle dans le snowfarming. Les canons à neige nécessitent beaucoup d'eau, et une partie de la neige produite artificiellement en fin d'hiver est perdue durant l'été. Pour une meilleure préservation de l'environnement, le stockage de neige naturelle est donc à privilégier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.