Pourquoi le nucléaire divise ?

Chargement en cours
La France est le pays qui compte le plus grand nombre de réacteurs nucléaires au monde.
La France est le pays qui compte le plus grand nombre de réacteurs nucléaires au monde.
1/2
© iStock, vlastas

La lutte pour la planète est devenue un sujet du quotidien et la question des sources d'énergie se pose régulièrement. L'énergie nucléaire, en particulier, a le don de diviser : est-elle vraiment à privilégier ou faudrait-il, au contraire, s'en passer et fermer les centrales ? Même les spécialistes peinent à se mettre d'accord sur le sujet.

Dans un monde idéal, les seules énergies utilisées seraient des énergies renouvelables et saines telles que l'énergie solaire ou celle produite par les éoliennes. Malheureusement, ces dernières ne sont pas suffisantes - à l'heure actuelle - pour répondre aux besoins de toute la population. La solution ? Pour de nombreuses personnes, elle se trouve dans l'énergie nucléaire. Il faut dire que la France est le pays le plus nucléarisé au monde, avec 57 réacteurs nucléaires en activité... sur les 450 opérationnels dans le monde, selon les chiffres de 2019 de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique).

Une énergie polluante, ou pas ?

Le nucléaire peut-il vraiment être présenté comme une énergie verte ? La réponse est non, loin de là. Cette forme d'énergie possède de sérieux avantages : elle ne génère que très peu d'émissions de gaz à effet de serre par rapport à l'électricité créée. Elle est donc une très bonne alternative à l'utilisation d'énergies fossiles, pointées du doigt pour leur énorme source de pollution. Par ailleurs, les centrales nucléaires représentent actuellement l'unique méthode pour produire de l'électricité à très grande échelle. Elles sont essentielles pour approvisionner la majeure partie du réseau électrique français.

Toutefois, il est impossible de négliger l'impact environnemental d'une centrale nucléaire. Ces bâtiments, à la forme si reconnaissable, entraînent en effet la production de déchets radioactifs. Ces derniers doivent être traités avec soin, sous peine de générer une pollution de l'eau, de l'air et du sol qui pourrait nuire à toute la planète, aux humains comme à la faune et la flore.

Un risque d'explosion qui inquiète

L'autre gros problème lié au nucléaire est le risque d'explosion. 34 ans après Tchernobyl, près de 10 ans après Fukushima, les accidents nucléaires sont toujours très présents dans les mémoires et entraînent une crainte légitime de la part du public. Ces incidents ont poussé certains pays à revoir leur consommation. Après Fukushima, en 2011, la chancelière allemande Angela Merkel a décidé d'une sortie progressive et définitive du nucléaire, qui devrait être totalement effective d'ici 2022. Un exemple à suivre ? Pas nécessairement, puisque pour compenser, l'Allemagne est obligée de se reposer sur les mines et centrales de charbon, extrêmement polluantes.

Afin de rassurer le public, l'Agence internationale de l'énergie atomique le rappelle régulièrement : de nombreuses mesures sont mises en place pour réduire au maximum le risque d'un accident nucléaire, en attendant de pouvoir se tourner de manière exclusive vers des énergies renouvelables.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.