La culture de cacao, un désastre environnemental ?

Chargement en cours
La culture excessive de cacao est un désastre pour l'environnement, les animaux et les hommes.
La culture excessive de cacao est un désastre pour l'environnement, les animaux et les hommes.
1/2
© Adobe Stock, aedkafl

À Pâques, à Noël, lors de la Saint-Valentin, pour un anniversaire, toutes les occasions sont bonnes pour manger du chocolat. L'Europe consomme 60% des trois millions de tonnes englouties, chaque année à travers le monde. Cette surconsommation entraine une culture intensive de cacao en Afrique de l'Ouest, qui mène à une déforestation excessive qui menace l'écosystème.

"À l'origine, ils étaient des dizaines de milliers. Aujourd'hui, seuls 200 à 400 éléphants vivent en Côte d'Ivoire", explique France Environnement Nature, la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. Quel lien peut-il y avoir entre le cacao et les éléphants ? "Le chocolat est produit à partir de graines de cacao, issues des cacaoyers. Ces petits arbres poussent en milieux tropicaux, et plus particulièrement en Afrique de l'Ouest qui concentre les trois quarts de la production mondiale de cacao. Pour répondre à la demande croissante en chocolat, des forêts tropicales sont rasées afin d'y planter des cacaoyers. La Côte d'Ivoire et le Ghana, respectivement premier et deuxième producteurs mondiaux de chocolat, sont les pays les plus affectés : le secteur du chocolat y est la principale cause de déforestation", précise France Environnement Nature.

Si l'Afrique de l'Ouest produit aujourd'hui 70% du cacao consommé, en Amérique du sud, d'où le cacao tire son origine, les craintes sont similaires. En effet, l'Amérique latine, terre d'origine du cacao, représente aujourd'hui près de 15 % de la production mondiale, cultivés au Venezuela, au Brésil, en Équateur, en Colombie, ou encore certains territoires de l'archipel des Caraïbes, tels que la République dominicaine ou Trinité-et-Tobago. L'Asie du sud, produit environ 10 % des fèves échangées dans le monde. L'Indonésie, la Malaisie et le Vietnam sont les principaux fournisseurs de la région.

Les conséquences d'une culture de cacao excessive sur l'environnement

"La déforestation liée à la culture de cacaoyer accélère également le dérèglement climatique. À l'échelle mondiale, la déforestation serait responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre, l'Afrique de l'Ouest représente un quart de ces émissions", précise France Environnement Nature, et le changement climatique qui affecte la qualité et la quantité des récoltes, menace également la viabilité des cultures de cacao à travers le monde.

En 1960, les forêts recouvraient une forte partie du territoire de la Côte d'Ivoire, à ce jour seul 11% sont encore débout. Et les parcs nationaux, censés être protégés n'y échappent pas : "Au Ghana, plus de 110 000 hectares de parcs naturels ont ainsi été défrichés entre 2001 et 2014. En Côte d'Ivoire, le taux de déforestation atteint 93 % dans 7 des 22 espaces protégés du pays."

La déforestation est la seconde cause de disparition des éléphants, après le braconnage, mais ce n'est pas le seul animal à en subir les conséquences : "Les forêts tropicales denses qui disparaissent sont normalement le lieu de vie de chimpanzés, d'hippopotames nains, d'écureuils volants, de pangolins, de léopards et de toute une myriade d'espèces animales et végétales qui vivent dans et grâce à cette luxuriante jungle."

Les conséquences sur les habitants

Si l'environnement et les animaux subissent de plein fouet la déforestation liée à la culture de cacao, les hommes aussi sont victimes des conséquences. En 1980, les cultivateurs de cacao recevaient environ "16% de la valeur d'une barre chocolaté", ils ne reçoivent aujourd'hui plus que 6%. Une baisse importante du revenu qui impacte la vie des populations locales. Et ce n'est pas tout : "Le secteur du chocolat est également connu pour ses violations régulières du droit du travail, l'esclavage et le travail des enfants n'y est pas rare. Plus de 2 millions d'enfants travaillent ainsi dans la dangereuse et pénible récolte de cacao en Afrique de l'Ouest."

Pour en savoir plus, et mettre en lumière ce désastre environnemental, rendez-vous sur fne.asso.fr.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.