Ferme verticale : en quoi consiste cette nouvelle façon de récolter ?

Chargement en cours
Le secret des fermes verticales réside dans leur hauteur.
Le secret des fermes verticales réside dans leur hauteur.
1/2
© Adobe Stock, pressmaster

Utilisant dix fois moins d'eau et cent fois moins d'espace que les méthodes de culture traditionnelles, les fermes verticales éveillent la curiosité à de plus en plus de monde, professionnels de l'agriculture ou non. Qu'est-ce exactement ?

Majoritairement, les salades, les herbes, les légumes et les champignons poussent à même le sol où ils seront récoltés après avoir fini leur croissance. Si ce mode de fonctionnement est le plus classique, il n'est pas le moins économe en ressources naturelles et en terrains. Pour répondre à ce problème écologique, des fermes verticales sont érigées. Leur secret réside dans leur hauteur. Ces productions sur plusieurs étages permettent de multiplier les rendements par cent, tout en préservant les sols d'une potentielle dégradation et en consommant drastiquement moins d'eau pour abreuver ces végétaux. Elles facilitent la réintroduction de l'agriculture en milieu urbain, à proximité des lieux de consommation pour diminuer les trajets et les émissions de CO2 des transports. En voyant plus large, il est même pensable que les agglomérations en possédant acquièrent l'autosuffisance.

Des conditions optimales sont créées par l'aéroponie, la vaporisation de l'eau et des nutriments sur les racines et les feuilles, et par l'hydroponie, méthode plus répandue qui consiste à plonger les racines des pousses dans de l'eau circulant en circuit fermé à laquelle est ajoutée des nutriments.

Les Farmscrapers de Dickson Despommier à l'origine de l'expansion des fermes verticales

Cette culture hors-sol en altitude a acquis sa notoriété grâce aux recherches du microbiologiste Dickson Despommier et de ses étudiants en écologie médicale. Dès 1999, le groupe s'est questionné sur la hausse de la croissance démographique prédite pour 2050. Selon certaines études, la planète dépasserait la barre des neuf milliards d'habitants, avec une estimation de 80% de la population résidant en ville. "On estime que 109 hectares de nouvelles terres (environ 20 % de terres de plus que ce que représente le Brésil) seront nécessaires pour produire suffisamment de nourriture pour les nourrir, si les pratiques agricoles traditionnelles continuent comme elles sont pratiquées aujourd'hui. Aujourd'hui, dans le monde, plus de 80 % des terres propices aux cultures sont exploitées (sources : FAO et NASA). Historiquement, environ 15 % de ce montant a été gaspillé par de mauvaises pratiques de gestion. Que faire pour éviter cette catastrophe imminente ?", expose le scientifique sur son site d'essais "La Ferme Verticale : Nourrir le monde au XXIème siècle".

En réponse à cela, l'équipe a imaginé des Farmscrapers (littéralement fermes gratte-ciels). Cette solution est déjà démocratisée au Japon et à Singapour. En France, outre la cité maraîchère de Romainville en Seine-Saint-Denis qui devrait ouvrir fin 2021, plusieurs projets sont toujours en cours de discussion. Avec des pionniers comme AeroFarms, l'Amérique n'est pas non plus en reste dans ce domaine. Encore faut-il pouvoir débourser les coûts d'investissement extrêmement élevés, qui en ont mis plus d'un sur la paille ! De plus, certains dénoncent l'impact environnemental de cette proposition qui consommerait beaucoup d'énergies, lumières et ventilations notamment. Le futur ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.