Faire brûler ses déchets de jardin : quels impacts ?

Chargement en cours
Brûler des déchets de jardin dégage des substances toxiques et peut entraîner troubles de voisinage ainsi que des risques d'incendie.
Brûler des déchets de jardin dégage des substances toxiques et peut entraîner troubles de voisinage ainsi que des risques d'incendie.
1/2
© Adobe Stock, Viktoriia Varvashche

Que faire des déchets de jardin qui vous encombrent ? Bien qu'interdit depuis 2011, faire brûler ces déchets est encore une pratique répandue. Mais brûler des matières végétales n'est pas sans conséquence sur l'environnement. Zoom sur l'impact de cette pratique et les solutions alternatives qui existent.

Entretenir son jardin, c'est notamment se débarrasser des déchets qui l'encombrent. Tondre sa pelouse, tailler ses haies, ramasser les feuilles mortes... Des actions qui généreraient chaque année pas moins de 160 kilos de déchets verts par personne selon l'ADEME. Pour les évacuer, certains choisissent de les brûler, malgré l'interdiction en vigueur depuis le début des années 2010. Voici pourquoi cette pratique doit cesser.

Qu'appelle-t-on les déchets de jardin ?

Lorsqu'on parle de déchets verts ou de jardin, on fait allusion aux végétaux secs ou humides qui se trouvent dans les jardins et les parcs. Il s'agit donc de l'herbe tondue, des feuilles mortes, des résidus d'élagage ou de taille d'arbustes et de haies, des résidus de débroussaillant, ainsi que des épluchures de fruits et de légumes.

Pourquoi est-il interdit de brûler les déchets de jardin ?

S'il est désormais interdit de faire disparaître par le feu ses déchets de jardin, c'est avant tout parce que les végétaux, lorsqu'ils se consument, dégagent des fumées toxiques et génèrent de la pollution : monoxyde de carbone, dioxines, particules fines, oxydes d'azote, hydrocarbures et composés organiques volatils sont ainsi relâchés dans l'atmosphère. Selon une étude de santé.gouv.fr, les gaz toxiques et les particules contenus dans la fumée produite de la sorte seraient responsables d'une diminution de l'espérance de vie d'approximativement huit mois par personne en France.

Mais la pollution n'est pas la seule conséquence néfaste des feux de jardins. Ceux-ci incommodent le voisinage de part la fumée et l'odeur qu'ils dégagent et peuvent entraîner des évènements dramatiques. À cause du vent ou de la proximité de haies ou d'arbustes, un feu de jardin supposément maîtrisé peut se changer en incendie aux répercussions catastrophiques.

Pour toutes ces raisons, il est depuis 2011 interdit de faire brûler des déchets de jardin à l'air libre, sous peine d'écoper d'une amende de 450 euros. Il est cependant à noter qu'il existe de rares exceptions, telles que la mise en place d'une obligation de débroussaillement ou l'entrée en application d'un plan de prévention des risques d'incendie de forêt.

Comment se débarrasser de ses déchets de jardin sans les brûler ?

Il existe fort heureusement de nombreuses alternatives au feu de végétaux. Certaines peuvent même s'avérer bénéfiques pour les jardins. On peut par exemple composter ses déchets de jardin avec certains déchets de cuisine, comme par exemple les épluchures de fruits et légumes, ou le marc de café. En se décomposant, les déchets se changeront en compost, un engrais naturel très efficace.

On peut également déposer ses déchets verts aux pieds d'arbustes ou dans des jardinières pour former un paillis riche en nutriments qui protègera la terre du dessèchement ou bien du gel.

Enfin, on peut choisir de les apporter dans une déchèterie qui se chargera de les composter, ou simplement faire appel à la mairie. Dans certaines communes, les services municipaux se chargent en effet de collecter les déchets verts.

Retrouvez plus de renseignements sur le site de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : https://www.ademe.fr

Vos réactions doivent respecter nos CGU.