Date de péremption : ce qu'il faut savoir pour éviter le gaspillage alimentaire

Chargement en cours
Sur chaque produit alimentaire sont inscrites une date limite de consommation (DLC) et une date de durabilité minimale (DDM).
Sur chaque produit alimentaire sont inscrites une date limite de consommation (DLC) et une date de durabilité minimale (DDM).
1/2
© Adobe Stock, eldarnurkovic

Par peur de fragiliser son estomac, le consommateur hésite à utiliser les aliments au dépassement de leur date de péremption, et même à son approche pour certains acheteurs peu soucieux du gaspillage. Ainsi, ce serait en moyenne près de vingt kilos de produits non consommés par Français qui seraient à déplorer dans nos poubelles. Du gâchis, quand on pense aux longs chemins accomplis par ces ressources pour finir dans nos étals et aux nécessiteux qui n'auraient pas fait, eux, la fine bouche. La perte de la nourriture est évitable. Pour cela, il faut réussir à mieux décrypter les indices laissés sur les emballages.

La DDM : date de durabilité minimale

Dépassée par ces constats affligeants, l'organisme gouvernemental ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) a décidé de créer la Journée de lutte contre le gaspillage alimentaire et de sensibiliser les clients à la valeur des produits présents dans leur cuisine. Sur chaque contenant sont inscrites une date limite de consommation (DLC) et une date de durabilité minimale (DDM).

Cette dernière mention, représentée par les termes "À consommer de préférence avant le jour/mois" ou "À consommer de préférence avant fin mois/année", se trouve notamment sur les produits congelés, les conserves, les produits d'épicerie, les légumineuses, les biscuits secs ou les céréales. Elle indique jusqu'à quand la denrée conserve ses qualités organoleptiques, nutritives, gustatives, physiques et autres. Sans altération du film protecteur, de la boîte ou autre moyen de conservation, ce produit peut être consommé après le dépassement de la date et est sans danger pour la santé. Si l'emballage est ouvert depuis un temps, il faut surveiller l'aspect et l'odeur avant dégustation.

La DLC : date limite de consommation

Pour les produits frais jugés "très périssables" comme les viandes, poissons, produits laitiers, plats cuisinés réfrigérés et autres, une date limite de consommation (DLC), "À consommer jusqu'au ...", est consignée. Celle-ci doit être impérativement respectée pour éviter tout risque microbiologique (intoxication, salmonellose, listériose, ...) selon la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes).

Le service ministériel précise : "Généralement, les denrées assorties d'une DLC se conservent au réfrigérateur. Leur sécurité au bout de la DLC n'est garantie que si les conditions de conservation sont respectées. Il est important de respecter cette date et de ne pas consommer un produit périmé, surtout si la température d'entreposage ou de conservation, mentionnée sur l'emballage, n'a pas été respectée (rupture de la chaîne du froid). Enfin, il ne faut jamais congeler un produit dont la date limite de consommation est proche, atteinte ou dépassée."

DLC dépassée : les produits doivent-ils être immédiatement jetés ?

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) précise qu'il faut faire la différence entre les "aliments à risque minime pour lesquels dépasser la DLC de quelques jours n'est pas préjudiciable (yaourt), et ceux à haut risque (charcuterie, fromage au lait cru...) pour lesquels il existe un réel danger notamment pour les personnes sensibles (immunodéprimés, enfants, personnes âgées, femmes enceintes)". Les produits non ouverts et congelés peuvent être cuits des mois après : huit mois pour les viandes ou plus, trois mois pour les poissons et le pain, plusieurs années pour les plats surgelés et les glaces, ...

Dans le frigo, une bouteille de lait UHT non ouverte (sinon c'est une semaine) peut être bue deux mois après sa date de péremption, les yaourts jusqu'à trois semaines ou un mois maximum, deux semaines supplémentaires pour les produits fumés ou de salaison comme le saucisson, quinze jours maximum pour les fromages à pâtes molles et à pâtes pressées ou cuites (surtout pas les frais !). Dans le cas des oeufs, ceux-ci peuvent servir jusqu'à 28 jours après l'indication de l'emballage. Du côté de la conservation au sec, le chocolat, les pâtes, le riz, comme de nombreuses légumineuses, peuvent être mangés des années après sa DLC. Les conserves, elles, semblent éternelles pour le plus grand bonheur de ceux qui tiennent à l'environnement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.