Agroécologie : en quoi ça consiste ?

Chargement en cours
L'agriculture écologique vise à prévoir les conséquences qu'elle aura sur les ressources naturelles sur le long terme.
L'agriculture écologique vise à prévoir les conséquences qu'elle aura sur les ressources naturelles sur le long terme.
1/2
© Adobe Stock, Production Perig

De plus en plus utilisé pour définir un nouveau modèle agricole, le terme "agroécologie" n'est pourtant pas nouveau et est apparu dès le début du vingtième siècle. Zoom sur ce modèle d'agriculture de plus en plus populaire.

Qu'est-ce que l'agroécologie ?

Employé pour la première fois en 1928 par le chercheur américain Basil Bensin, le terme "agroécologie" définit un modèle agricole qui suit une philosophie plutôt simple, selon laquelle il est possible de produire mieux tout en étant plus respectueux de l'environnement. Au milieu des années 1970, cette méthode commence à devenir populaire et à se démocratiser, et depuis, elle n'a cessé de gagner des adeptes, devenant même au fil des années un argument apte à séduire celles et ceux qui souhaitent consommer de façon plus éthique.

Le concept de l'agroécologie peut se définir comme suit : utiliser au maximum les ressources naturelles comme facteur de production tout en respectant et maintenant ses capacités de renouvellement. Dans les faits, cela se traduit par une limitation du recours aux produits phytosanitaires et une réduction conséquente du travail intensif des sols pour mieux préserver la biodiversité.

Quels sont les modes de production de l'agroécologie ?

L'agroécologie se concrétise par différentes techniques et approches. La plus populaire est l'agriculture biologique. Excluant l'usage de produits chimiques, des OGM, et limitant l'emploi d'intrants, elle se traduit souvent par le recours à la permaculture, une technique qui s'appuie sur l'utilisation de plantes et plus précisément sur les interactions qu'elles ont les unes avec les autres. Autre pratique répandue : l'agroforesterie, qui associe arbres, animaux et cultures sur une même parcelle agricole. Exit les produits chimiques et place à la nature et à ses ressources.

L'agroécologie sera-t-elle l'avenir de l'agriculture ?

L'agroécologie devrait devenir de plus en plus présente dans le paysage agricole. L'ONU l'encourage et la France a annoncé souhaiter parvenir prochainement à ce que 10% des fermes françaises au moins l'utilisent pour assurer leur production. Et si cette méthode est mise en avant, c'est parce qu'elle présente des avantages non négligeables sur ses concurrentes. La forte utilisation de pesticides à base de néonicotinoïdes ou encore le glyphosate dans l'agriculture intensive a des conséquences désastreuses sur la biodiversité, entraînant notamment une diminution radicale des insectes pollinisateurs et des populations d'oiseaux.

De son côté, la monoculture intensive détériore durablement les sols et en épuise la richesse, en provoquant la disparition des micro-organismes et autres vers de terre qui rendent les terres fertiles. En outre, l'agroécologie permet de diminuer de manière conséquente les émissions de gaz à effet de serre.

L'agroécologie : une pratique économique ?

À terme, l'agroécologie peut s'avérer plus rentable pour les agriculteurs qui la pratiquent. En augmentant la qualité environnementale, sociale et éthique des produits, ils augmentent par conséquent leur valeur ajoutée, et le consommateur rémunère les techniques écoresponsables utilisées par les exploitants en choisissant de s'offrir leurs produits plutôt que d'autres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.