Trottinette électrique : est-ce vraiment écolo ?

Chargement en cours
En ville, les trottinettes électriques se multiplient.
En ville, les trottinettes électriques se multiplient.
1/2
© iStock, Marija Jovovic

Depuis un peu plus d'un an, les trottinettes électriques sont partout. Et si ce nouveau mode de déplacement bien pratique est loué pour son faible impact environnemental, il est en réalité bien plus polluant que ce qu'on imagine.

Une étude scientifique américaine est venue écorner en août dernier l'image des trottinettes "eco-friendly". Chaque trajet en trottinette émettrait 202 g de gaz à effet de serre (GES) par mile parcouru (soit environ 1,6 km). C'est deux fois plus qu'un trajet en bus.

Conception, transport et collecte polluants

50% des GES émis par ces nouveaux destriers des villes seraient liés à leur fabrication et à leurs matériaux polluants : une batterie au lithium (compliquée à recycler et avec une durée de vie de 3-5 ans) et un cadre en aluminium, qui nécessitent tous deux l'extraction de métaux rares. 43% des GES seraient ensuite liés au transport et à la collecte. En effet, la majeure partie des trottinettes venant de Chine, il faut compter l'acheminement jusqu'en France. Concernant les trottinettes en libre-service (on les récupère n'importe où à l'aide d'une application dédiée comme Bird, Lime ou Bolt), les entreprises qui les louent sillonnent quotidiennement les rues en camionnette ou par voiture pour les récupérer afin de les recharger. Quant à l'électricité utilisée pour les alimenter, elle représente 4,7 % de la facture carbone totale.

Une durée de vie très courte

Il faut également s'interroger sur leur durée de vie. Une première étude, toujours américaine, parue dans le magazine Quartz en 2018 démontrait à ce propos que la vie d'une trottinette électrique était de... 28,8 jours seulement. Un autre rapport, fait par le Boston Consulting Group (BCG), évoquait lui 3 mois, ce qui reste très peu. Il faut dire que les usagers n'en prennent pas soin : vols, dégradations, trottinettes abandonnées n'importe où... À Marseille, elles sont même régulièrement retrouvées dans la mer où certaines personnes s'amusent tout simplement à les jeter. L'été 2019, pas moins de 120 trottinettes ont ainsi été repêchées par des plongeurs bénévoles. Et à Paris comme ailleurs, on ne compte plus les trottinettes abandonnées qui gisent çà et là, transformants certains trottoirs en champs de mines pour piétons. Les fabricants, ayant conscience du problème, sont en train de plancher pour créer des appareils plus robustes. Bird, notamment, entend "consolider les engins pour qu'ils durent au moins deux ans", comme l'avait confié le directeur France de la firme au Point en mai dernier.

La trottinette plus écolo que la voiture

S'il y a encore beaucoup à faire concernant le comportement des usagers et la solidité des trottinettes, il s'agit malgré tout d'une vraie alternative à la voiture, avec deux fois moins de CO2 émis. Seul hic : la trottinette remplacerait une fois sur deux un trajet qui aurait été réalisé à pied ou à vélo. En clair, troquer ses courts trajets en voiture par ceux en trottinette électrique - surtout s'il s'agit d'une trottinette personnelle, moins polluante que celles en libre-service - est une bonne idée. La substituer à la marche ou à la bonne vieille bicyclette, un peu moins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.