Rénovation énergétique : les différentes aides pour financer son projet

Chargement en cours
Pour lutter contre les logements énergivores, il existe différentes aides pour les travaux de rénovation énergétique.
Pour lutter contre les logements énergivores, il existe différentes aides pour les travaux de rénovation énergétique.
1/2
© Adobe Stock, tonktiti

Pour lutter contre les passoires thermiques et améliorer les conditions de chauffage dans les habitations, le gouvernement propose tout un arsenal d'aides à la rénovation énergétique. En voici quelques-unes.

Depuis le 1er janvier 2020, le gouvernement a mis en place MaPrimeRénov', une toute nouvelle aide pour les travaux d'amélioration énergétique qui vient remplacer le Crédit d'impôt pour la Transition Énergétique (CITE). Il ne s'agit toutefois pas de la seule aide à laquelle vous pouvez prétendre : aides de l'Agence nationale de l'habitat, d'Action Logement, aides locales en fonction des régions... Voici autant de coups de pouce pour vous aider à financer vos travaux énergétiques.

MaPrimeRenov' jusqu'à 20.000 € pour les revenus les plus modestes

Mise en place au 1er janvier 2020, cette nouvelle aide finance des travaux d'isolation, de chauffage, de ventilation, bref, tout ce qui permet d'améliorer les performances énergétiques de votre habitation. Elle vient remplacer le CITE et le programme Habiter Agilité de l'ANAH. L'enveloppe totale peut atteindre 20.000 € selon les cas et les revenus, une aide versée sous conditions de ressources par l'Anah à la fin des travaux. MaPrimeRenov' est cumulable avec d'autres aides à la rénovation énergétique (CEE, éco-PTZ, aides des collectivités locales).À noter que seuls les propriétaires occupants à titre de résidence principale y sont éligibles.

Le programme Habiter Mieux pour une prise en charge des travaux de 35 à 50 %

Le programme "Habiter Mieux Sérénité" de l'Anah s'adresse, sous conditions, aux syndicats de copropriétés d'immeubles fragiles, aux propriétaires occupants aux revenus modestes ou aux propriétaires bailleurs, de logements de plus de 15 ans. L'aide peut aller jusqu'à 50 % du montant des travaux pour les revenus les plus modestes (dans la limite de 10.000 €), à laquelle s'ajoute une prime correspondant à 10% du montant hors taxes des travaux. Les travaux engagés doivent permettre un gain énergétique d'au moins 25 %.

L'Aide Action Logement, une subvention de 20.000€ et un prêt à 1% jusqu'à 30.000 €

Action Logement, ancien 1% logement, propose elle aussi une aide pour financer les travaux de rénovation énergétique. Il s'agit d'une part d'une subvention pouvant aller jusqu'à 20.000 € et d'autre part d'un prêt à 1% à hauteur de 30.000 €. Ce dispositif est destiné aux propriétaires occupants et bailleurs sous conditions de ressources. Les travaux éligibles à ce dispositif sont les travaux de rénovation énergétique, en priorité des travaux d'isolation thermique, et la mise en place de système de chauffage ou d'équipement d'eau chaude.

L'éco-prêt à taux zéro pour financer le reste à charge

Malgré toutes les aides accordées, il vous faudra tout de même mettre la main à la poche. Si vous n'avez pas les économies nécessaires pour financer vos travaux, vous pouvez effectuer un éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ). Il s'agit d'un prêt accordé à taux nul pouvant aller jusqu'à 30.000 €. Il couvre les factures de fourniture et de pose des équipements et matériaux, mais aussi les travaux qui découlent des travaux de rénovation énergétique (reprise d'électricité, installation d'un système de ventilation...), ainsi que les frais de maîtrise d'oeuvre. L'éco-PTZ est accordé, par les banques, aux propriétaires occupants ou bailleurs pour des logements achevés depuis plus de 2 ans.

Pour en savoir plus sur les différentes aides à la rénovation énergique proposée par les autorités rendez-vous sur www.aide-sociale.fr/aide-amelioration-habitat/

Vos réactions doivent respecter nos CGU.