Quels sont les carburants alternatifs de demain ?

Chargement en cours
Aussi appelés "moteurs à eau", les moteurs à hydrogène sont extrêmement rares.
Aussi appelés "moteurs à eau", les moteurs à hydrogène sont extrêmement rares.
1/2
© Adobe Stock, Oleksandr

Dans une société actuelle qui prône le zéro déchet et l'écologie, il devient de plus en plus urgent de trouver des carburants alternatifs à ceux extrêmement polluants utilisés actuellement. Réchauffement climatique, érosion des sols, altération des écosystèmes... La pollution a de nombreux effets dévastateurs sur l'environnement mais aussi sur la santé. Pour y remédier, il existe des carburants alternatifs. Zoom.

Si beaucoup l'ignorent encore, il existe pourtant bel et bien quelques alternatives aux carburants pétroliers utilisés quotidiennement. Encore trop peu connus du grand public, ces carburants écologiques sont pourtant au coeur de nombreuses discussions et trois d'entre eux se démarquent particulièrement.

Le gaz naturel

Le gaz naturel, aussi appelé GNV, est un combustible fossile existant naturellement sous forme gazeuse. Composé à presque 97% de méthane mais aussi de propane, de butane, d'éthane et de pentane, il est aujourd'hui utilisé comme source d'énergie par quelques grandes villes pour leurs transports en communs et leurs véhicules de services, comme ceux des ordures ménagères ou de la mairie. Il existe deux façons d'obtenir du GNV : d'une part le gaz dit "biogénique" est obtenu à partir de la fermentation de déchets et de bactéries, d'autre part, celui dit "thermogénique" provient de la transformation de matière organique sous l'effet de la pression et de la chaleur. S'il est bien plus rentable que les carburants classiques et qu'il s'adapte à tous les types de véhicules, ses émissions de gaz à effet de serre sont encore trop élevées. Enfin, trop peu de constructeurs automobiles souhaitent s'engager dans la production de moteurs au gaz. En 2019, on pouvait dénombrer seulement 13 000 véhicules roulant au gaz naturel en France.

L'hydrogène

Aussi appelés "moteurs à eau", les moteurs à hydrogène sont extrêmement rares. Présent dans l'eau, le pétrole et d'autres gaz divers, l'hydrogène est pourtant introuvable à l'état naturel. Pour l'obtenir, il faut procéder à un long - et onéreux - processus d'extraction dans lequel peu de constructeurs automobiles souhaitent s'engager. Aujourd'hui, seulement deux manières d'utiliser l'hydrogène existent. Les moteurs à hydrogène produisent une combustion interne permettant de faire fonctionner le véhicule, tandis que les piles à combustible permettent un fonctionnement électronique. Malgré quelques inconvénients, notamment concernant le coût de fabrication de ces moteurs, l'hydrogène présente de nombreux avantages dont ceux de ne pas consommer d'énergie fossile, d'avoir des émissions de CO2 et de polluants atmosphériques quasi nulles et d'être une énergie inépuisable.

Les biocarburants

Les biocarburants sont des combustibles liquides obtenus à partir de végétaux. Il en existe aujourd'hui deux : l'éthanol et le biodiesel. Si le premier correspond à un mélange d'alcool et d'essence, le second est un dérivé d'huiles animales ou végétales comme notamment les huiles de cuisson usagées. En France, les huiles les plus utilisées pour produire du biodiesel sont l'huile de colza et l'huile de palme. Les biocarburants sont des alternatifs particulièrement intéressants de par leurs nombreux avantages : leur production ne demande pas d'importation d'énergies fossiles et crée des emplois dans les milieux ruraux, leurs émissions de CO2 sont quasi nulles et il s'agit de sources d'énergie inépuisables. Cependant, produit en trop grande quantité, le biodiesel peut être source d'une déforestation de masse et peut également entrer en concurrence avec l'industrie agroalimentaire, notamment à cause de la consommation excessive d'eau et de l'utilisation des terres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.