Prospectus publicitaires : quels impacts sur l'environnement ?

Chargement en cours
Les 26 millions de boîtes aux lettres en France accueillent chaque année environ 800 000 tonnes de papier !
Les 26 millions de boîtes aux lettres en France accueillent chaque année environ 800 000 tonnes de papier !
1/2
© Adobe Stock, KYNA STUDIO

Il s'agit d'un débat remis à l'ordre du jour en 2007 avec le Grenelle de l'environnement. Si nous sommes tous globalement conscients de l'incidence de la publicité papier sur la planète, oeuvrons-nous pour autant à sa régulation ? Quelles sont les solutions pour limiter le gaspillage du papier et son empreinte carbone ?

Quelques chiffres qui résument la situation en France

18 milliards de prospectus atteignent chaque année les 26 millions de boîtes aux lettres en France pour une masse qui représente environ 800 000 tonnes de papier. Ces chiffres symbolisent 2,8 milliards d'euros de budget marketing investi par les entreprises dans les IPSA - Imprimés Publicitaires Sans Adresse -, l'autre nom du prospectus, et 110 millions d'euros de coût de traitement pour être recyclés.

Mais, il faut également savoir que, selon une étude menée par l'ADEME en début d'année 2021, 44% des particuliers interrogés jettent directement les prospectus qu'ils reçoivent sans se préoccuper de ce qu'ils contiennent et cela, au moins une fois par semaine. 46% des personnes interrogées ayant adopté le STOP PUB déclarent continuer à recevoir des IPSA malgré leur refus.

Et même si les publicités sont lues, elles sont rarement conservées et leur destin est tout tracé : terminer dans les bacs de recyclage papier !

Quelles sont les actions mises en oeuvre pour réduire les prospectus ?

En 2016, une étude éditée par une entreprise spécialisée dans les catalogues dématerialisés indique que l'empreinte carbone d'un prospectus est 14 fois plus importante que celle d'un prospectus digital. Face au grand nombre d'IPSA édités en France et à l'empreinte carbone qu'ils engendrent, certaines enseignes (prêt-à-porter, grande distribution...) ont d'ores et déjà mis en place des actions pour contribuer à la préservation de l'environnement. Les envois de catalogues et promotions sont réalisés par mail en ciblant les personnes concernées, une façon de limiter le gaspillage de papier.

De plus, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, publiée en février 2020, stipule qu'il est interdit de déposer des prospectus dans une boîte aux lettres sur laquelle figure un STOP PUB. Cette règle, effective depuis le 1er janvier dernier, annonce le risque encouru : une contravention de 1500€ ou 3000€ en cas de récidive.

Et demain ?

Un rapport intitulé "Publicité et transition écologique" a été remis au Ministère de la Transition Écologique en juin 2020. Il préconise la mise en place d'une vingtaine de mesures pour amener progressivement à une neutralité carbone à l'horizon 2050. Concernant les prospectus, l'expérimentation d'un autocollant OUI PUB sera mis en place. À l'inverse du STOP PUB, il permettra aux propriétaires de boîtes aux lettres d'indiquer s'ils souhaitent recevoir des imprimés publicitaires. Ceux qui ne le collent pas éviteront automatiquement les montagnes de papier !

D'autres projets sont étudiés comme l'interdiction de publicités pour des produits destinés à ne plus être commercialisés pour raison écologique comme les voitures thermiques. L'ère de la publicité papier serait-elle en train d'atteindre ses limites ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.