Pas très écolo la pandémie : les masques peuvent-ils être recyclés ?

Chargement en cours
3,5 milliards de masques sont jetés quotidiennement... et pas toujours dans les poubelles !
3,5 milliards de masques sont jetés quotidiennement... et pas toujours dans les poubelles !
1/2
© Adobe Stock, Yevhenii

Lorsque nous parlons des EPI, les blouses jetables, gants en latex, lingettes, mais surtout masques à usage unique sont concernés. Il s'agit d'Équipements de Protection Individuelle. S'ils ont pour vocation première de protéger les humains contre le virus de la COVID-19 et ses variants, une chose est certaine, ils n'épargnent pas la planète !

État des lieux : quelques chiffres

Il y a un peu plus d'an, le monde ignorait encore pouvoir être pollué par les déchets de la COVID-19, et pourtant... Si l'on s'en réfère à une étude néerlandaise publiée le 22 mars dernier et nommée Animal Biology, 129 milliards de masques et 75 milliards de paires de gants sont utilisés mensuellement sur Terre. Cela revient à dire que chaque minute, 3 millions de masques sont portés. Une autre étude (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33655084/) stipule que 3,5 milliards d'entre eux sont quotidiennement jetés à l'échelle mondiale. Si tout un chacun se réjouissait en 2020 de la baisse de la pollution atmosphérique en raison de la réduction de l'activité et de la circulation dans le monde, l'heure est à l'inquiétude : les EPI jetés dans la nature sont un véritable fléau pour l'environnement.

Explication sur la pollution générée par les masques

Si les masques sont de précieux équipements pour protéger la santé publique, il ne faut pas mettre de côté leur impact négatif sur l'environnement. Dans un premier temps, un masque à usage unique est fabriqué dans un matériau dérivé du pétrole, le polypropylène. Son bilan carbone est donc déjà bien avancé avant même d'être porté. Ensuite, un grand nombre d'entre eux se retrouvent éparpillés dans la nature et sont rarement ramassés par tout un chacun : qui voudrait toucher un masque porté et potentiellement contaminé ? Ils terminent donc leur course dans l'environnement et touchent une faune et une flore pourtant déjà bien accidentées.

Quelles solutions existent-ils pour recycler les masques ?

1- Une filière de collecte

Depuis quelques mois seulement, certaines initiatives axées sur la collecte de masques jetables fleurissent en France. Mais les EPI ne sont pas de simples détritus, ils ont un risque infectieux, raison pour laquelle ils doivent être traités indépendamment des autres. Quelques PME et starts-up se sont lancées courageusement dans la collecte et la valorisation des masques à usage unique. Il faut dire que la mise en place d'une telle filière est complexe : les masques sont d'abord placés en quarantaine avant d'être désinfectés, démontés et recyclés. Le polypropylène recyclé peut alors servir à la réalisation de nouveaux objets en plastique. Les barrettes métalliques intègrent le flux de recyclage dédié des métaux, quant au recyclage des élastiques, la question reste toujours en suspend...

2- Le lavage des masques

La mission parlementaire dont le rapport a été rendu en février 2021 encourage le lavage des masques à usage unique. En 2020, cette solution avait déjà été préconisée par une étude réalisée par des chercheurs, universitaires et industriels, démontrant que les masques à usage unique (qui, de fait, ne le seraient plus) pouvaient être lavés dix fois et conserver leurs capacités de filtration. Ainsi, la réutilisation des masques permettrait de diminuer leur prolifération dans la nature et laisserait un peu de répit à la planète !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.