Poilus : comment leur mémoire perdure grâce à Internet ?

Chargement en cours
Des "Poilus" photographiés sur le front de l'Est pendant de la Première Guerre mondiale.
Des "Poilus" photographiés sur le front de l'Est pendant de la Première Guerre mondiale.
1/2
© Abaca, PA Photos

Si les monuments aux morts, les ouvrages historiques et les hommes politiques rendent hommage aux soldats ayant oeuvré pendant la Première Guerre mondiale, la mémoire de ces derniers perdure aussi grâce à Internet.

Dimanche 11 novembre 2018 sera célébré le centenaire de la signature de l'Armistice qui a mis fin à la Grande Guerre, conflit armé qui a coûté la vie à environ 18 millions de personnes en Europe, dont plus d'un million de soldats français. Parmi ces derniers, les "Poilus", ceux qui ont combattu dans les tranchés et qui, depuis la mort de Lazare Ponticelli en mars 2008, n'ont plus de représentant vivant. Cent ans plus tard, Internet se met à leur service pour que leurs actes et leurs noms ne soient pas oubliés.

Le Grand Mémorial : l'action numérique du gouvernement

1,4 million : c'est approximativement le nombre de combattants morts pour la France entre 1914 et 1918. Pour répondre aux interrogations des curieux, des historiens, des généalogistes ou des familles de Poilus, le ministère de la Culture a lancé le 11 novembre 2014 un projet baptisé Le Grand Mémorial. Objectif : numériser et indexer les fiches de renseignements civils et militaires des 8,5 millions de combattant de la Première Guerre mondiale.

De quoi offrir une "base de données sans équivalent sur le parcours militaire de chaque soldat de la Première Guerre mondiale", ce qu'expliquait alors François Hollande. Un outil permettant d'effectuer des recherches croisées à partir des noms et prénoms, mais aussi de la date ou la commune de naissance voire la résidence au moment du recensement.

Des bénévoles très engagés

C'est grâce à des internautes que la base nationale qu'est Le Grand Mémorial a pu, en partie, voir le jour. En effet, ce dernier réunit les archives départementales, celles des Archives nationales de l'outre-mer et du ministère des Affaires étrangères, et utilise les données de la base "Morts pour la France 14-18", hébergée sur le site Internet Mémoire des Hommes, mis en ligne par le ministère de la Défense en 2003.

Or ces dernières données ont été récoltées et indexées par des volontaires, le ministère ayant misé sur l'indexation collaborative. Plus de 2 500 internautes ont pris part au défi baptisé "#1J1P" lancé sur les réseaux sociaux par Jean-Michel Gilot en 2013. "Le chantier ouvert au public par le ministère de la Défense était exaltant (et) colossal", expliquait ce petit-fils de Poilu à France 24 en avril 2018. Et d'ajouter : "Je me suis engagé à transcrire chaque jour (...) la fiche d'un Poilu mort pour la France et j'ai invité les internautes à faire de même." Un devoir de mémoire et un hommage assuré si mois avant le centenaire de l'Armistice.

Les Poilus en sons et en images

Outre les fiches de renseignements civils et militaires des combattants, Internet regorge de documents venant donner d'autres aperçus de leurs conditions de vie durant la guerre. Il peut s'agir de vidéos (INA, YouTube...), de photos et de documents tels que des journaux des marches et opérations, des cartes, des dessins ou des poèmes de Poilus, numérisés et partagés sur le Web, par exemple sur le site Mémoire des Hommes.

Peuvent être également consultés des extraits sonores. Mona Guichard, attachée culturelle à l'Ambassade de France à Berlin a pour sa part la volonté de présenter à la Maison de la Radio (Paris) le 16 novembre 2018, des voix et des chants encore jamais entendus, enregistrées il y a cent ans. Des documents tirés d'archives venu tout droit de l'Université Humboldt (Berlin) bientôt mises en ligne sur Internet ? L'établissement a en tout cas conservé pas moins de 2 000 enregistrements de soldats français, recueillis par le linguiste allemand Wilhelm Doegen durant la guerre.

S'y pencher est un bon moyen d'honorer et faire perdurer la mémoire de ceux qui sont tombés pour la France il y a un siècle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.