Faut-il se méfier des webcams de nos ordinateurs ?

Chargement en cours
Qui ne s'est jamais demandé si l'on pouvait nous espionner via la webcam ?
Qui ne s'est jamais demandé si l'on pouvait nous espionner via la webcam ?
1/2
© iStock, Robert Daly

Aujourd'hui, la grande majorité des ordinateurs portables, tout comme les tablettes, les smartphones et certaines télévisions, est dotée d'un mini objectif. Une webcam moins visible que celle qu'il fallait auparavant poser sur son écran, mais de meilleure facture, qui éveille néanmoins les craintes chez de nombreuses personnes. À tort ou à raison ?

Intégrée ou non à votre ordinateur, la webcam peut s'avérer très pratique, notamment si vous souhaitez participer à une visioconférence dans le cadre professionnel, lancer une conversation avec des membres de votre famille ou tout simplement pour immortaliser une situation particulière et partager la photographie. Pourtant, vous vous êtes peut-être posée la question suivante : "Et si quelqu'un m'espionnait sans même que j'ai eu besoin d'allumer ma caméra ?" Faut-il donc s'inquiéter ?

Des pirates prêts à faire chanter ?

"Si un ordinateur dispose d'une caméra embarquée, il est possible pour quelqu'un - que ce soit le gouvernement fédéral ou un ado mal intentionné - d'y accéder pour espionner l'utilisateur à n'importe quel moment", assurait le Washington Post US en 2013.

Vous n'y croyez pas ? Peut-être était-ce également le cas de Cassidy Wolf, jeune femme couronnée Miss Teen USA 2013, avant d'être elle-même victime d'espionnage. Cette dernière avait été la cible d'un hacker qui avait utilisé un logiciel espion pour contrôler sa caméra. Il avait ainsi pu prendre des photos d'elle nue à son insu avant de la faire chanter, puis d'être arrêté par les autorités compétentes. Un cas non isolé puisqu'en janvier 2020, le rapport annuel de la plateforme gouvernementale d'assistance aux victimes de cybermalveillance assurait que 38% des quelque 90 000 individus ayant demandé assistance en 2019 avait subi un chantage à la webcam par des cyber-harceleurs. À noter que ces derniers n'ont pas toujours de photos ou de vidéos en leur possession mais joue la carte de l'intimidation pour exiger des sommes d'argent.

Comment repérer un piratage ?

Après avoir intégré les informations citées précédemment, vous vous demandez probablement comment savoir si un individu a piraté votre webcam. Plusieurs témoins peuvent vous mettre sur la voie. Le premier, mais pas toujours fiable comme expliqué plus haut, ce sont les messages envoyés par un potentiel pirate. Ils peuvent ou non contenir les photos ou vidéos capturées à votre insu.

La seconde est plus technique : vous pouvez repérer un piratage en direct si le voyant situé près de la lentille de votre objectif s'allume sans que vous ayez mis en route la webcam. Néanmoins toutes les webcam ne disposent pas de cette diode. Solution ? Vérifier dans les paramètres dédiés aux périphériques d'acquisition d'images de votre ordinateur quand et comment a été activée votre caméra. Un procédé certes un peu moins simple...

Quelles solutions pour éviter le piratage ?

On peut aisément comprendre que de nombreux internautes puissent céder à la paranoïa et se sentir épiés devant leur écran. Pour vous rassurer, différentes options s'offrent à vous. La première serait de désactiver la webcam en passant par le gestionnaire de périphériques de votre ordinateur. S'il s'agit d'une caméra externe - donc reliée par vos soin, que ce soit en mode filaire ou via le bluetooth par exemple - le plus sûr est encore la débrancher.

Vous pouvez également mettre à jour le logiciel de la caméra, notamment si cette dernière n'est pas intégrée à votre ordinateur. Cela permet de disposer de ses derniers correctifs de sécurité. De même, pensez à vérifier que votre machine est bien protégée par un antivirus : celui-ci doit en théorie vous protéger des menaces liées à Internet.

Enfin, autre façon d'éviter que votre intimité ne soit violée : obstruer l'objectif de votre webcam, que ce soit avec un clip ou un slide (à acheter) voire avec un bout d'adhésif. C'est d'ailleurs le procédé choisi par Mark Zuckerberg pour son propre ordinateur portable, comme le laissait paraître une photo du créateur de Facebook (ci-dessus), dévoilée en 2016. Une technique également recommandée par... le FBI ! Mais les éventuels pirates pourront toujours avoir accès au son.

Toutefois, à moins que vous ne soyez en possession de secrets d'État, d'informations extrêmement sensibles ou encore de données industrielles précieuses, vous aurez peu de chances d'être la cible de ce genre d'espionnage.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.