Valérie Trierweiler, "sidérée" : clap de fin chez Paris Match

Valérie Trierweiler, "sidérée" : clap de fin chez Paris Match
Valérie Trierweiler lors du tournoi de tennis de Roland-Garros à Paris, le 2 juin 2015.

La journaliste Valérie Trierweiler a été "remerciée" par la direction de Paris Match. Après 30 ans de carrière au sein de cette rédaction, la voilà "en état de choc" alors qu'elle était en congé. La spécialiste politique avait intégré la rédaction après ses études.

Sandra Muller, journaliste à La Lettre de l'Audiovisuel, a annoncé le départ de l'ancienne compagne de François Hollande. Dans un "thread" (plusieurs tweets à la suite pour développer une information, ndlr) sur Twitter, on apprend que "selon (leurs) informations, Valérie Trierweiler, 'plume' de longue date de Paris Match (...) vient d'être 'remerciée'." Valérie Trierweiler a vite réagi sur Twitter.

Le poids des mots, le choc de l'info

L'intéressée, qui semble être prise de court, s'est empressée de commenter l'annonce sur le même réseau social : "J'ai appris en plein coeur de l'été et pendant mes congés de façon extrêmement brutale mon licenciement de Paris Match où je travaillais depuis trente ans". L'Angevine de 55 ans précise aussi que "ce licenciement sans aucun motif valable (la) laisse en état de choc et de sidération." Ce serait Hervé Gattegno, le directeur général des rédactions du groupe qui aurait pris cette décision.

Sandra Muller continue de développer sur les circonstances actuelles au sein de l'hebdomadaire français : "Le directeur général entend bien renouveler les figures de la rédaction de l'hebdomadaire, par trop atteintes par l'ancienneté". Et Sandra Muller de conclure : "On s'attend à d'autres départs".

Valérie Trierweiler intègre Paris Match en 1989 après son DESS. Elle est en charge de la politique puis en 2005 devient grand reporter et critique littéraire. On l'aperçoit au lancement de la chaîne Direct 8 en tant qu'animatrice. Elle gardait un poste au sein de Paris Match à la "culture". "Non merci pour ce moment", va-t-elle peut-être leur dire...

Découvrez votre presse préférée l'e-press d'Orange.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.