Statue d'une personnalité, d'un personnage : comment sont-elles décidées ?

Chargement en cours
Antoine de Saint-Exupéry surplombe la Place Bellecour à Lyon, aux côtés de son inoubliable Petit Prince.
Antoine de Saint-Exupéry surplombe la Place Bellecour à Lyon, aux côtés de son inoubliable Petit Prince.
1/2
© Adobe Stock, Gerard Villena

Après les Saints immortalisés dans la pierre, les statues de souverains jaillissent au Moyen-Âge puis, dès la fin du XIXème siècle, un autre type d'édifice se démocratise : celui en l'honneur des personnalités. Mais comment est-il décidé d'en ériger une ?

Plus qu'un corps-objet avec une fonction décorative, la statue honore une personne ou un personnage de fiction d'intérêt public. Son élaboration entre dans la politique mémorielle de la République et est contrôlée par le pouvoir public. Suite aux lois de décentralisation de 1982, les communes sont amenées à statuer sur la construction, ou non, d'un monument auquel seront alloués des crédits de fonctionnement et d'entretien. Bien que certaines édifications font suite à un appel d'offres directement venu des collectivités locales, il est possible pour un citoyen d'émettre une idée de sculpture. Le voeu doit être détaillé sous forme de projet. S'il retient l'attention, il est présenté comme ordre du jour à un groupe de décideurs lors des débats du conseil municipal. À l'issue de la délibération, les élus tranchent sur la faisabilité de la suggestion. La conception se conclut par une cérémonie d'inauguration, un véritable moment de consécration.

"Le projet d'ériger une statue publique émane de producteurs d'une mémoire des grands hommes, alternativement publics (politique culturelle de l'État et de la ville de Paris) et privés (comités de citoyens). L'inscription de ces statues dans la ville contribue à donner une image, un nom et un sexe à un site urbain. Le choix du site est le résultat d'une réflexion politique et participe à la construction de la ville comme espace symbolique", explique Christel Sniter dans l'article "La guerre des statues" du magazine Sociétés & Représentations. Ainsi, tout le monde ne peut évidemment pas prétendre à l'obtention d'une statue à son effigie. Cette inscription durable dans l'espace public obéit à quelques critères.

Les personnalités historiques, scientifiques et politiques

Dans une volonté d'entretenir la mémoire collective, des statues sont élevées pour se rappeler les exploits et les actes de bravoure de ceux qui ont constitué l'Histoire. En ce sens, les héroïnes Jeanne d'Arc (un peu partout en France) et Jeanne Hachette (statue à Beauvais) font figure d'exemples. Les nombreux monuments aux morts choisissent, aussi, de ne mettre en scène qu'un seul soldat pour représenter les millions de courageux combattants. Pour ne pas oublier les révolutions qu'ils ont apportées à la société, une statue à Dole (Jura) est consacrée au scientifique Louis Pasteur tandis que le visage de Simone Veil en bronze est implanté à La Roche-Sur-Yon (Vendée).

Les personnalités culturelles et les personnages de fiction

Pour être solidement ancré sur une place, dans un square ou autre, la personnalité représentée doit être enracinée dans le patrimoine culturel. Nombreux sont ceux qui se voient glorifiés par l'érection d'une statue en remerciement de l'héritage artistique laissé derrière eux et de leur participation au rayonnement de la France à l'international. Des Victor Hugo, Molière ou encore Jean-Jacques Rousseau fleurissent dans divers coins de l'Hexagone. Antoine de Saint-Exupéry surplombe la Place Bellecour à Lyon, aux côtés de son inoubliable Petit Prince. Édith Piaf, reproduite en taille réelle, tend les bras vers le ciel dans le vingtième arrondissement de Paris et le buste de sa consoeur Dalida à Montmartre. Au monastère de Saint-Paul-de-Mausole (Provence), Vincent Van Gogh fixe l'horizon avec des tournesols plein les mains. Pour l'année de la BD (2020), le ministère de la culture a dévoilé une oeuvre montrant Goscinny sur un socle aux côtés du Petit Nicolas, Astérix, Iznogoud et Lucky Luke. Les artistes ne sont pas les seuls à être célébrés. Les personnages de fiction sont aussi commémorés comme Goldorak à Thiers ou Corto Maltese à Angoulême.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.