Santons de Provence : d'où viennent-ils ?

Chargement en cours
Au premier dimanche de l'Avent, les Santons de Provence sortent du grenier pour prendre place dans la traditionnelle crèche de Noël.
Au premier dimanche de l'Avent, les Santons de Provence sortent du grenier pour prendre place dans la traditionnelle crèche de Noël.
1/2
© Adobe Stock, Pictures news

Au premier dimanche de l'Avent, les santons de Provence sortent du grenier pour prendre place dans la traditionnelle crèche de Noël. Coutume provençale, les santons témoignent d'un savoir-faire régional, qui se transmet de génération en génération.

"Ho Ho ho !", c'est une passionnante histoire que le conteur de Noël s'apprête à raconter. Dans cette jolie Provence nichée entre mer et montagne, les traditions traversent les époques, sans perdre de leur importance. Chaque année, dans la blanche quiétude de l'hiver, les santons de Provence s'installent au gré des envies dans les traditionnelles crèches de Noël. Une coutume qui tire ses origines à l'aube du premier millénaire.

Une tradition de longue date

En 1223, le soir de Noël, Saint François d'Assises imagine une crèche vivante au château de Greccio, en Italie. C'est ainsi que naît la tradition des crèches de Noël. Cependant, pendant près de cinq siècles, il s'agissait d'un privilège d'Église et il était alors défendu à quiconque d'en édifier une à domicile. Puis, en 1793, lorsque les Églises sont devenues la propriété de l'État, l'Assemblée nationale décide de les fermer. "Car elle n'arrivait pas à mettre en place la politique qui avait été décidée, ceci à cause du clergé qui, à l'époque, régentait pratiquement tout", explique, sur son site, le Musée du Santon. En conséquence, les Français, profondément religieux, qui avaient pour habitude de se rendre à l'Église pour visiter la crèche de Noël n'y avaient plus accès. C'est de cette façon qu'en Provence, d'abord, les habitants ont commencé à mettre sur pied leurs propres crèches de Noël, en toute discrétion. "Ils réalisaient alors de tout petits personnages qu'ils pouvaient cacher facilement. Il fallait faire très attention : si on se faisait prendre, on risquait de se faire couper la tête", écrit encore le Musée du Santon. Ces petits personnages sont de petits saints, "d'où l'appellation santons. Santon signifiant 'petit saint' (santoun en provençal)".

La naissance du métier de santonnier

Ces petits personnages confectionnés avec les petites choses à portée de main se fabriquaient principalement à partir de mie de pain ou de papier mâché. En 1798, Jean-Louis Lagnel se promenait dans la campagne d'Aubagne lorsqu'il se rendit compte qu'il ne pouvait pas se débarrasser de l'argile collée à ses chaussures. Dans l'obligation de le faire avec ses mains, l'homme vit qu'elle se travaillait très bien et eut l'idée de créer une petite crèche qu'il vendit. C'est ainsi qu'est né le métier de santonnier.

Sur les traces des Santons

En Provence, la tradition est importante. Ainsi, chaque année, la ville d'Arles accueille le Salon international des santonniers. Cette année, l'édition 2020 est pour le moment repoussée du 5 décembre 2020 au 10 janvier 2021. De Marseille à Aubagne, en passant par Aix-en-Provence, les foires aux Santons prennent place dans de nombreux villages provençaux. Mais c'est à Fontaine-de-Vaucluse que se trouve le Musée du Santon, qui recèle de merveilles sur le sujet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.