Romans policiers : pourquoi nous fascinent-ils autant ?

Chargement en cours
Le roman policier permet d'éprouver des sensations fortes.
Le roman policier permet d'éprouver des sensations fortes.
1/2
© Adobe Stock, djile

Le roman policier est le genre littéraire le plus lu par les Français. Mais comment expliquer cet engouement pour les histoires à suspens où se mêlent tueurs en série, enquêteurs cyniques, ambiance pesante et plans machiavéliques ? Éléments de réponses...

En 2008, lors de la dernière enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français, le roman policier était déjà le genre littéraire le plus plébiscité dans l'Hexagone. Depuis, il a conforté sa place de choix au point de représenter une vente de livre sur quatre. Par ailleurs, d'après l'enquête "Les Français et la lecture" réalisée par l'institut Ipsos pour le Centre National du Livre en 2019, 43% des lecteurs français avaient, dans l'année, lu au moins un roman policier ou d'espionnage. À noter que ce genre doit en grande partie son succès aux femmes qui représentent 70% de son lectorat.

Se faire peur et braver (virtuellement) l'interdit

Mais pourquoi des lecteurs, a priori sans aucun penchant morbide, aiment passer des heures à lire des romans sordides ? Première explication possible : à la manière des enfants attirés par les histoires de loups et de monstres, certains adultes voient dans la peur un côté divertissant et satisfaisant. Frissonner "pour de faux" permet de ressentir de fortes émotions mais qui ne sont pas basées sur des faits réels. Cela peut aider à oublier d'autres événements, bien réels cette fois, ou encore à mieux maîtriser ses angoisses. De plus, la peur provoque des réactions dans notre organisme qui aboutissent à la libération d'endorphine, de dopamine ou encore d'adrénaline. Des molécules qui procurent un sentiment de plaisir lorsque l'on sait qu'on est en sécurité, comme chez les adeptes de sports extrêmes. Par ailleurs, ce genre littéraire permet de transgresser l'interdit sans bouger de chez soi et tout en respectant la loi. Il est même possible d'éprouver de la sympathie pour un criminel ou de la jouissance face à un acte cruel, sans rien risquer ni culpabiliser.

Le lecteur au plus près de l'enquête

Autre point contribuant à ce succès : dans le roman policier, le lecteur est loin d'être passif. Embarqué dans un monde éloigné du sien dans lequel il peut découvrir le déroulement d'un interrogatoire ou d'une autopsie, il se prend au jeu et échafaude des hypothèses afin de trouver le coupable. Celui-ci n'étant, dans la majorité des cas, dévoilé qu'à la fin de l'ouvrage, le roman policier est le genre de livre qui est le plus souvent lu jusqu'à la dernière page, d'après l'Ipsos. Impossible d'arrêter la lecture avant la conclusion de l'enquête, la curiosité doit être assouvie !

Une large palette de styles

Puisque la littérature policière fait de plus en plus d'adeptes, les publications de livres se multiplient. Mais pas de quoi lasser le lecteur tant ce genre peut se décliner à l'infini. Les romans se font plus ou moins psychologiques ou violents, et peuvent se marier à d'autres genres en intégrant des histoires d'amour, du fantastique, de la politique ou encore en prenant place lors d'un événement historique. Pas de doute, le polar n'est pas près de voir son succès s'amenuiser lors des prix littéraires ou en librairie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.