Pablo Picasso et sa passion pour la bande dessinée font l'objet d'une exposition

Pablo Picasso et sa passion pour la bande dessinée font l'objet d'une exposition
"Sueño y mentira de Franco (planche I) de Pablo Picasso, dessiné le 8 janvier 1937.

Le maître espagnol, reconnu pour son inégalable coup de pinceau moderniste, se nourrit de différents autres modes d'expression que la peinture. À Paris, jusqu'au 3 janvier 2021, le musée Picasso témoigne de son attrait particulier pour le 9e art dans l'exposition "Picasso et la bande dessinée".

Loin de vouloir rentrer dans des cases mais toujours enfermé dans sa bulle, Picasso est une légende de l'art contemporain qui a su retrouver une part de lui-même à travers la bande dessinée. Une passion pas si secrète puisque l'artiste s'y livrait dès l'adolescence en confectionnant des journaux illustrés où les images sont découpées par séquence. Plus tard, le jeune homme prend l'habitude de raconter ses péripéties du quotidien en les dessinant dans des vignettes juxtaposées. En parallèle, il collectionne les comic strips américains comme "Krazy Kat" ou encore la série graphique française "Les Pieds Nickelés". Toutes ces jolies archives s'exposent au musée Picasso, situé dans le 3e arrondissement de Paris, le deuxième lieu dédié au peintre avec celui de Vallauris.

Une inspiration sans limite pour les auteurs de BD

Entouré d'amis bédéastes, le malicieux Pablo Picasso s'amuse à s'immiscer sur leurs planches. Il les signe ou crayonne quelques figures tandis que certains artistes n'hésitent pas à les représenter directement en personnage. "Le Belge François Olislaeger, pensionnaire de la Villa Médicis, a investi un mur de 11 mètres de long pour réaliser une fresque qui retrace la biographie de Pablo Picasso, un récit en noir et blanc foisonnant. Non loin de là, le précurseur Richard Fauguet signe 'Pablito' en 2002, qui détourne le manga 'Dragon Ball Z' en recouvrant ses pages de formes dessinées au Tipp-Ex et au stylo", commente le Journal du Dimanche, jeudi 13 août 2020.

Le site poursuit en citant d'autres exemples illustres : "Dans l'album 'Le Piège diabolique' (1962), Edgar P. Jacobs, le créateur de 'Blake et Mortimer', s'empare de 'Guernica' (1937), la pièce maîtresse de Picasso née de cette ère tourmentée, pour signifier dans un paysage postapocalyptique les bouleversements qui mènent la civilisation à sa perte. La vie et l'oeuvre du virtuose sont des thèmes récurrents chez d'autres auteurs de BD : Gotlib, Reiser, Philippe Geluck ('Le Chat'), Serge Clerc ('Spirou'), Art Spiegelman, Hergé ou Enki Bilal."

Site officiel du musée Picasso avec les informations pratiques : museepicassoparis.fr

Les passionnés de bande dessinée peuvent retrouver leurs artistes favoris sur l'offre lecture d'Orange.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.