Marie-Antoinette : sa liaison cachée confirmée grâce aux rayons X

Marie-Antoinette : sa liaison cachée confirmée grâce aux rayons X
Une réplique du buste de Marie-Antoinette par Félix Lecomte lors de l'exposition "Liberty, Equality, Fraternity - French Revolution Faience Ware of the 18th Century" au musée historique d'État de Moscou, le 11 ...

Grâce à une technologie de pointe utilisant les rayons X, des passages raturés de la correspondance entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen ont enfin pu être décryptés, révélant leur liaison au grand jour.

Marie-Antoinette est une personnalité historique qui fascine. Sa vie a ainsi fait l'objet de plusieurs films et les objets lui ayant appartenu rencontrent toujours le succès aux enchères, à l'image de ce pendentif vendu 36 millions de dollars en 2018. Il faut dire que la reine de France, épouse de Louis XVI, avait un vif caractère. Et ce n'est pas le récent déchiffrage de sa correspondance avec le compte de Fersen qui prouvera le contraire.

"Je ne vis que pour vous aimer..."

Entretenue entre juin 1791 et août 1792, cette correspondance entre la reine et celui qui a organisé sa fuite avortée à Varennes contenait des passages raturés. Un "nouveau scanner utilisant la spectroscopie de fluorescence des rayons X (XRF)" vient d'en révéler le contenu et de confirmer leur liaison cachée, comme l'écrit Le Figaro dans un article paru le 21 juillet 2020. "Je vous aime à la folie. (...) Vous voir, vous aimer, vous consoler est tout ce que je désire", y écrit le comte de Fersen avant que Marie-Antoinette ne lui déclare également sa flamme : "Je ne vis que pour vous aimer..."

Interrogée par France 2, Isabelle Aristide-Hastir, conservatrice aux archives nationales en Seine-Saint-Denis, a indiqué que ces textes enflammés avaient sans doute été raturés par le comte lui-même. "Ils pouvaient être compromettants pour lui et pour la reine", a-t-elle expliqué.

(Re)découvrez le film "Marie-Antoinette, la véritable histoire" sur la VOD d'Orange.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.