Décès du dessinateur Quino : retour sur l'histoire de son héroïne Mafalda

Décès du dessinateur Quino : retour sur l'histoire de son héroïne Mafalda
Joaquin Salvador Lavado dit Quino lors de l'exposition "Le monde selon Mafalda" à Buenos Aires, le 15 septembre 2014.

Le dessinateur et scénariste argentin Joaquin Salvador Lavado, dit Quino, s'est éteint mercredi 30 septembre 2020 à l'âge de 88 ans, laissant derrière lui sa petite héroïne anticonformiste, Mafalda.

La boucle est bouclée. Quino s'est éteint à Mendoza, la ville qui l'a vu naître il y a 88 ans. Le dessinateur et scénariste de bandes dessinées, populaire pour le personnage qu'il a imaginé en 1964, Mafalda, désormais orpheline, laisse un héritage culturel appuyé par un regard contestataire sur le monde. Au milieu des années 1960, Joaquin Salvador Lavado met pour la première fois en scène une héroïne du nom de Mafalda pour une publicité qui ne sera finalement jamais diffusée. Mais le dessinateur décide de raconter son histoire dans la revue Primera plana, qu'il poursuivra jusqu'en 1973. "Quand je l'ai créée, cela faisait onze ans que je publiais des dessins humoristiques et j'ai continué après avoir mis un terme à ses aventures en 1973. J'ai arrêté Mafalda par lassitude de dessiner toujours les mêmes personnages. Et puis, ma femme en avait assez de ne jamais pouvoir aller au cinéma, recevoir des amis parce que je travaillais sur la BD", explique Quino en 2014 à France Info.

"Mes dessins réalisés il y a 40 ou 50 ans correspondent à des problématiques contemporaines"

Derrière ce personnage enfantin se cache une héroïne anticonformiste issue de la classe moyenne argentine, à travers laquelle l'auteur pose "sa propre réflexion contestataire sur le monde" à un moment où l'Argentine est sous dictature militaire. Le Huffington Post raconte : "À sa sortie en Espagne, alors sous Franco, Mafalda est réservée aux adultes. Elle est censurée en Bolivie, au Chili et au Brésil. Après le coup d'Etat de 1976 en Argentine, Quino s'exile en Italie, puis en Espagne." Dans une époque où Quino doit s'autocensurer, et ne peut librement évoquer ses revendications, l'auteur se met à "parler de tout ça mais d'une autre manière".

En 2014, bien que Mafalda ait célébré ses 50 ans, la bande dessinée pose un regard sur la société, toujours d'actualité : "Cela me surprend de voir que mes dessins réalisés il y a 40 ou 50 ans correspondent à des problématiques contemporaines. Ainsi, l'an dernier, des épisodes de Mafalda sont sortis en Italie, déclinés par thème, politique, économie... Et c'était incroyable comme des dessins semblaient faire directement référence à la campagne de Berlusconi !", confiait Quino, cette année-là.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.