Comment se déroule une fouille archéologique ?

Chargement en cours
Une fouille archéologique nécessite que la zone soit soigneusement divisée.
Une fouille archéologique nécessite que la zone soit soigneusement divisée.
1/2
© Adobe Stock, mrks_v

Chaque année, de nombreuses fouilles archéologiques sont organisées un peu partout dans le monde. Mais ce travail délicat demande énormément de préparation. Découvrez les différentes étapes à respecter avant que les archéologues ne puissent vraiment se lancer.

Si certaines fouilles doivent être menées de manière extrêmement rapide, pour les besoins d'un chantier par exemple, la plupart des fouilles archéologiques de grande ampleur peuvent se dérouler sur des années entières. Et ce, pour plusieurs raisons : outre un travail de préparation important, elles demandent aussi beaucoup de main d'oeuvre pour mener à bien un travail aussi ambitieux que minutieux.

Étape 1 : la bonne période pour une fouille

Si les fouilles ne peuvent pas avoir lieu tout au long de l'année, c'est tout simplement pour une question de météo. Il faut qu'il fasse beau et chaud pour permettre aux archéologues de travailler dans de bonnes conditions. Par ailleurs, ces derniers ont souvent besoin d'aide et les chercheurs, étudiants et bénévoles doivent être disponibles. Résultat, la bonne période se situe généralement au cours de l'été. D'ailleurs, vous pouvez tout à fait vous porter volontaire pour participer à une fouille ! Il vous suffit de contacter les organismes responsables, toujours avides de volontaires.

Étape 2 : le carroyage

Si vous avez déjà vu des images de fouille archéologique, vous avez probablement remarqué que les zones étaient divisées en plusieurs parties. Cette opération s'appelle le carroyage - le fait de diviser la zone en carreaux égaux, ndlr - et elle est obligatoire. Elle va permettre une progression méthodique, et l'attribution d'une surface précise à chaque fouilleur. Ainsi, au fur et à mesure de l'avancée des travaux, il est facile de déterminer quelle zone a déjà été explorée ou non.

Étape 3 : la préparation du matériel

Pour faire une fouille archéologique dans de bonnes conditions, il faut des outils. Une truelle de maçon pour dégager la terre de façon plus légère qu'une pelle, un pinceau pour épousseter les objets découverts, des balayettes... Mais aussi des épingles à cheveux colorées, qui sont plantées dans la terre de façon à éviter aux fouilleurs de mettre le pied au mauvais endroit et donc d'écraser une précieuse découverte.

Étape 4 : l'enregistrement des données

À chaque fois qu'un objet est découvert et dégagé, il est essentiel de marquer avec précision son emplacement avant de le retirer. Pour cela, les archéologues utilisent un outil appelé théodolite laser, qui permet d'enregistrer la position d'un objet dans les trois dimensions de l'espace, pour un maximum de précision. Cela permet de reconstituer virtuellement les niveaux archéologiques.

Étape 5 : le nettoyage

Une fois que ses coordonnées ont été enregistrées, chaque objet passe par la case nettoyage : une étape minutieuse réalisée avec soin pour ne pas risquer d'endommager les découvertes. Elle permettra par la suite de mieux les étudier, sans qu'ils ne soient couverts de terre ou de sable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.