Comment le Parc Astérix se prépare-t-il à l'après-crise ?

Comment le Parc Astérix se prépare-t-il à l'après-crise ?
Astérix et Obélix se préparent pour vous accueillir de nouveau !

Fermé depuis le 15 mars 2020, le Parc Astérix se prépare à une réouverture dans quelques semaines. Pour l'heure, Le Parisien s'est intéressé au sujet et révèle comment le parc d'attractions s'organise pour faire face à la crise.

Espérant une réouverture entre fin juin et début juillet, une vingtaine de salariés a assuré la maintenance du parc au cours de cette fermeture exceptionnelle. "Il y a aussi un peu de télétravail. Mais 90 % de nos effectifs sont au chômage partiel", a expliqué Nicolas Kremer, le directeur du parc au Parisien. Il poursuit : "La situation est un peu compliquée. Nous perdons un peu moins d'un million d'euros par jour de fermeture. Il faut réduire les dépenses". Des pertes conséquentes pour le parc qui, comme l'explique le quotidien, "devait inaugurer, pour son ouverture le 4 avril, un nouvel hôtel, Les Quais de Lutèce, qui a coûté plus de 30 millions d'euros".

Les mesures qui seront mises en place à la réouverture

Concernant la réouverture du parc, le directeur se montre prudent : "Bien sûr, nous aimerions rouvrir le plus rapidement possible. Mais cela ne dépend malheureusement pas entièrement de nous. Il faudra, pour cela, obtenir les autorisations administratives. Ensuite, il faut que nous puissions mettre en place toutes les mesures pour assurer la sécurité des visiteurs et des salariés. Rien n'est arrêté. Il faudra faire de la distanciation dans les files d'attente, c'est sûr. Obliger à un nettoyage des mains dans les queues, mais aussi en montant dans l'attraction. Dans les wagons, nous condamnerons une place sur deux et le masque sera obligatoire. Mais tout cela est au conditionnel". Il conclut : "L'idéal, le rêve, serait une ouverture fin juin pour rôder le dispositif et bien commencer juillet". En attendant, il faudra se contenter des différents films d'Astérix et Obélix.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.