Cocorico ! Le chant du coq, bientôt patrimoine protégé ?

Chargement en cours
Le coq a toujours été le symbole de la France.
Le coq a toujours été le symbole de la France.
1/2
© Adobe Stock, shocky

Laetitia Reboulleau

Le cri d'un animal peut-il être placé au patrimoine protégé d'un pays ? C'est la question qui se pose. Le maire d'une commune de Gironde demande en effet que le "Cocorico" du coq soit placé au patrimoine culturel immatériel de la France, et la raison est bien particulière...

En mai 2019, le ministère de la Culture a reçu une demande pour le moins étrange. Bruno Dionis du Séjour, maire du village de Gajac, qui regroupe 400 habitants en Gironde, a déposé une demande de manière à ce que plusieurs sons soient classés au patrimoine culturel immatériel de la France. Parmi eux ? En première ligne, le célèbre "cocorico", chant du coq symbole de la France. Mais aussi "le meuglement de la vache, le braiment de l'âne, les aboiements du chien, le pépiement des oiseaux et le son des cloches."

Une demande insolite poussée par une bonne raison

Si l'homme de 74 ans a fait une telle demande, qui risque d'en faire sourire plus d'un, ce n'est pas pour rien. Ce dernier, adepte de la campagne et de ces bruits qui y sont naturels, en a assez de voir "s'accumuler les plaintes de gens qui décident de s'installer en milieu rural et saisissent les tribunaux au nom de soi-disant attaques sonores", a-t-il confié au Parisien. Nombreux sont en effet les anciens citadins qui considèrent le son des cloches ou les bruits des animaux comme des "nuisances sonores".

Il faut dire qu'au cours des dernières années, de nombreuses plaintes ont été déposées, que ce soit contre les cloches des églises qui résonnent toutes les heures - y compris trop tôt le matin au goût des lèves-tard - mais aussi à l'encontre des animaux. En juin dernier, la propriétaire d'un coq a été convoquée au tribunal de Rochefort après une plainte de vacanciers, jugeant l'animal trop bruyant...

Les avantages de faire partie du patrimoine protégé de la France

"Si on obtient ce classement, ce sera la garantie pour un agriculteur de ne pas se retrouver devant les juges parce que ses vaches meuglent trop avant d'être nourries ou parce que son âne braie à la saison des chaleurs !", affirme le maire de Gajac. Plusieurs sons sont d'ores et déjà classés de la sorte, à commencer par le chant corse.

Or, le PCI, ou patrimoine culturel immatériel désigne "l'ensemble des pratiques, expressions ou représentations qu'une communauté humaine reconnaît comme faisant partie de son patrimoine dans la mesure où celles-ci procurent à ce groupe humain un sentiment de continuité et d'identité", selon le site officiel du ministère de la Culture.

Les cris des animaux ou le chant des cloches pourraient-ils être concernés par ce PCI ? Difficile à dire. Le chant du coq pourrait toutefois trouver plus facilement grâce aux yeux des décisionnaires, puisque l'animal est considéré comme l'emblème de la France. Si le symbole est souvent utilisé, notamment par les fédérations sportives, il ne s'agit toutefois pas d'un emblème officiel. Mais si la procédure de Bruno Dionis du Séjour venait à être menée à bien, cela pourrait bien changer...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.