Canular homophobe de Cyril Hanouna dans TPMP : une amende de 3 millions d'euros

Canular homophobe de Cyril Hanouna dans TPMP : une amende de 3 millions d'euros
Cyril Hanouna lors de la journée de charité BGC en 658 employés tués dans les attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001, Paris, le 11 septembre 2015.

En mai 2017, Cyril Hanouna se livrait dans le cadre de son émission TPMP à un canular sur un site de rencontres gay afin de piéger des homosexuels en direct. Une mauvaise blague jugée homophobe par plusieurs associations ainsi que le Conseil d'État, qui a condamné la chaîne C8 à s'acquitter d'une amende de trois millions d'euros.

Dans Touche pas à mon poste le 18 mai 2017, l'animateur Cyril Hanouna expliquait avoir posté une fausse petite annonce sur un site de rencontres gay avant de diffuser en direct dans son émission TPMP Baba hot line des appels passés par les personnes ayant répondu à l'annonce en question afin de les tourner en dérision. Une séquence qui a fait scandale, et provoqué l'indignation de nombreuses associations ainsi que l'envoi de pas moins de 37 000 plaintes au CSA. Le 29 septembre 2020, la justice a statué sur l'affaire et rendu sa décision, réclamant une amende record.

"J'aime bien quand on m'insulte !"

L'annonce passée par Cyril Hanouna était pour le moins explicite : "Homme recherche rencontre sans tabou. Jean-José, 1m85, très sportif et super bien monté, cherche relation courte ou longue selon le feeling, bisexuel, je vous invite à déjeuner, et qui sait, peut être qu'après, je vous dégusterai... PS : j'aime bien quand on m'insulte !"

Selon le Conseil d'État, ce texte "incitait des personnes contactées par téléphone à tenir des propos d'une crudité appuyée dévoilant leur intimité et exposant leur vie privée, alors même qu'elles ne pouvaient imaginer que leurs propos seraient diffusés lors d'une émission publique".

Le CSA avait réclamé dès juillet 2017 le versement d'une amende de trois millions d'euros pour cette plaisanterie de mauvais goût, et le Conseil d'État vient de confirmer cette sanction le 29 septembre dernier, malgré les demandes de la chaîne C8 et du groupe Canal + qui souhaitaient l'annulation de cette décision. Contacté par nos confrères du Parisien, le groupe Canal + n'a pas souhaité faire de commentaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.